Achèvement du test final pour le satellite vietnamien NanoDragon au Japon
18/08/2021 13:05
Le satellite NanoDragon a été officiellement remis le 17 août, à l'Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA) sur le site de lancement du centre spatial d'Uchinoura, dans la préfecture de Kagoshima.

>>Le satellite NanoDragon prêt à être lancé au Japon
>>Informations sur le satellite "made in Vietnam" Nanodragon
>>L'utilisation de l'imagerie satellite pour l'inventaire des gaz à effet de serre

Des scientifiques du Centre spatial national du Vietnam (VNSC) construisant le satellite NanoDragon.
Photo : VNSC/CVN

D'après le Professeur agrégé et Docteur Pham Anh Tuân, directeur général du Centre spatial national du Vietnam (VNSC), relevant de l'Académie des sciences et  technologies du Vietnam (VAST), avant la remise, les 16 et 17 août 2021, l'Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA) a effectué les derniers contrôles du satellite NanoDragon, garantissant un lancement en orbite en toute sécurité. Le satellite "made in Vietnam" devrait être placé en orbite à une altitude d'environ 560 km d'ici fin 2021.

NanoDragon, développé par le VNSC était le résultat du projet "Nano-class satellite development, launch and trial operation", dans le cadre du Programme national de science et technologie sur la technologie spatiale de 2016 à 2020. Sa conception, son intégration et ses tests fonctionnels ont été entièrement réalisés au Vietnam par des chercheurs du VNSC.

Pesant environ quatre kilogrammes, ce satellite est conçu pour intégrer un système d'identification automatique (AIS) utilisé pour le suivi et la surveillance des navires en mer.

En mars 2021, NanoDragon a été envoyé au Center for Nanosatellite Testing de l’Institut de technologie de Kyushu (KIT) pour des tests. Les résultats ont montré qu'il satisfaisait à tous les critères de lancement.

Auparavant, le VNSC avait construit PicoDragon pesant 1 kg qui avait été lancé en orbite et renvoyé des signaux en 2013. De plus, MicroDragon, pesant 50 kg, a également été construit par un groupe d'ingénieurs VNSC sous la direction d'experts japonais. Le satellite a été mis en orbite avec succès en janvier 2019 et il a également renvoyé des images.

Par ailleurs, le satellite LOTUSat-1, construit par le Japon dans le cadre du projet VNSC, qui devrait être mis en orbite d'ici fin 2023, deviendra le premier satellite d'observation de la Terre du Vietnam utilisant la technologie radar.

VNA/CVN