Changer de stratégies pour attirer l’IDE nouvelle génération
27/06/2020 07:28
Ces 30 dernières années, l’investissement direct étranger a activement contribué au développement socio-économique national. Le pays doit cependant changer sa façon de penser en matière d’attraction des investissements étrangers.

>>Le Vietnam, destination d’affaires fiable dans la période post-COVID
>>Prudence dans la sélection des projets d’IDE

Le Vietnam met l’accent sur la qualité des fonds d’IDE.  Photo : VNACVN

Le Vietnam figure parmi les pays ayant attiré le plus d’investissement direct étranger (IDE) tant dans la région que dans le monde. L’IDE est devenu un facteur important du développement de son économie. Les politiques d’ouverture commerciale et d’investissement ont eu pour effet de doper les flux de capitaux, créer davantage d’emplois et diversifier les exportations. En particulier, au cours de la dernière décennie, les IDE au Vietnam ont presque décuplé.

Selon le ministère du Plan et de l’Investissement, à ce jour, 128 pays et territoires y ont investi dans plus de 26.000 projets, cumulant plus de 331,6 milliards d’USD de capitaux enregistrés dont plus de 180 milliards ont déjà été décaissés. Le secteur de l’IDE contribue à environ 25% de l’investissement social et à 20% du Produit intérieur brut (PIB) du pays. Environ 58% des fonds d’IDE sont injectés dans l’industrie manufacturière, ce qui représente 50% de la valeur de production industrielle et 72,6% du chiffre d’affaires à l’import-export avec 189 milliards d’USD ; 17% dans le secteur immobilier avec 56,2 milliards d’USD ; 6,6% dans la production et l’approvisionnement en électricité et eau avec 21,92 milliards d’USD. Ce secteur a créé environ 3,6 millions d’emplois directs et de 5 à 6 millions d’emplois indirects.

Cependant, l’efficacité de l’IDE dans l’économie nationale n’est pas encore à la hauteur des montants investis. Le nombre de joint-ventures ne représente que 20% de l’IDE. La valeur ajoutée des projets est relativement faible. La principale raison est la faible capacité d’absorption technologique et le faible niveau de gouvernance du Vietnam. Il est l’heure de jeter les bases d’une nouvelle approche nationale de l’IDE qui contribuerait à atteindre les objectifs nationaux de développement.

L’attraction de l’IDE est principalement due aux faibles coûts de main-d’œuvre et aux mesures incitatives. Cependant, le manque de main-d’œuvre qualifiée constitue un obstacle à la croissance, alors que la pénurie de chaînes d’approvisionnement, de fournisseurs de qualité et de politiques efficaces pour soutenir les entreprises locales réduit la compétitivité des entreprises.

Orientations et objectifs

Pour faire face aux défis à venir et saisir les opportunités de la 4e révolution industrielle, le Vietnam devrait construire un environnement des affaires qui répond à la demande des entreprises à l’ère du numérique. Il est important d’avoir un nouveau cadre politique qui privilégie les projets de haute qualité au Vietnam. Il lui faudra notamment concrétiser ses orientations, définir ses objectifs d’investissement, mais aussi se tourner vers le secteur privé pour financer ses infrastructures, la finalité étant de pouvoir pleinement participer à la chaîne de valeur mondiale.

Le projet de ville intelligente dans le district de Dông Anh, à Hanoï, à capital japonais, a été lancé en 2019 pour s’achever en 2028. Photo : VNA/CVN

Un nouveau cadre juridique est indispensable, la priorité devant être accordée aux projets les plus rentables. Le Vietnam sélectionne des investisseurs sûrs et ayant des capacités et projets efficaces et de haute qualité avant l’octroi de licences d’investissement direct étranger. Ce nouveau concept dans l’attraction de l’IDE a été motivé par le fait qu’un certain nombre de grands projets  voient leurs licences retirées ou sont obligés d’être liquidés puis transférés à d’autres investisseurs en raison de la lenteur de déploiement ou d’opérations inefficaces.

Le Docteur Nguyên Minh Phong, de l’Institut des affaires socio-économiques de Hanoï, a également mis en garde contre les risques concernant les autorités et gestionnaires locaux ne s’intéressant qu’aux intérêts économiques des projets. Selon lui, les organes de gestion des localités doivent prendre en compte la sécurité nationale au cours des procédures de délivrance de licences pour les projets d’IDE, particulièrement ceux utilisant de grandes surfaces de terres agricoles ou boisées, exploitant des ressources naturelles dans des sites stratégiques.

Les experts ont déclaré que le Vietnam n’a pas encore réalisé de percée significative dans l’attraction et l’utilisation des capitaux étrangers. L’influence omniprésente du secteur de l’IDE sur les entreprises domestiques reste limitée. Il n’y a pas eu suffisamment d’investissements étrangers dans les nouvelles technologies. Et les liens entre les entreprises à participation étrangère et projets nationaux restent faibles.

Dans le souhait de répondre aux exigences du renouvellement du modèle de croissance, de la restructuration de l’économie et de la protection de l’environnement ainsi que d’augmenter la productivité, la qualité, l’efficacité et la compétitivité de l’économie nationale, le secrétaire général du Parti communiste du Vietnam et président de la République, Nguyên Phu Trong, a signé la Résolution N°50 sur les orientations pour perfectionner les institutions et les politiques, et améliorer la qualité et l’efficacité des investissements étrangers d’ici 2030. La résolution fixe l’objectif de placer le pays dans le groupe de l’ASEAN+4 en 2021 et de l’ASEAN+3 en 2030 en termes d’environnement des affaires et de compétitivité. Le document souligne également le rôle important de l’IDE dans le développement de l’économie nationale et réaffirme le soutien de l’État aux intérêts légitimes des investisseurs étrangers.

Environ 58% des fonds d’IDE sont injectés dans l’industrie manufacturière, représentant 50% de la valeur de production industrielle. Photo : VNA/CVN

En même temps, la résolution souligne la nécessité d’attirer de façon sélective les investissements étrangers, en accordant la priorité aux projets appliquant de hautes technologies, à haute valeur ajoutée, respectueux de l’environnement et connectant les chaînes de production et d’approvisionnement mondiales. Figurent également dans les tâches définies par la résolution la multilatéralisation et la diversification des partenaires et des formes d’investissement, conformément aux orientations de la restructuration économique et du développement durable, en protégeant l’environnement ; assurant la défense, la sécurité, l’ordre social; et améliorant l’indépendance et l’autonomie de l’économie nationale.

La résolution fixe l’objectif d’attirer entre 20 et 50 millions de dollars de capitaux étrangers par an pour la période 2021-2030, ainsi que de porter à 100% le taux d’entreprises appliquant des hautes technologies et à 80% le taux de travailleurs qualifiés en 2030. Afin d’atteindre les objectifs définis, la résolution spécifie les solutions pour perfectionner les institutions et les politiques relatives aux investissements étrangers, stimuler le transfert de technologies et l’échange d’expériences dans l’administration, encourager la formation des travailleurs ainsi que prévenir et régler radicalement les litiges concernant l’investissement étranger.

Le secteur de l’IDE est devenu une composante importante de l’économie du Vietnam, contribuant grandement à son développement socio-économique. Le pays a adopté fin 1987 la Loi sur les investissements étrangers qui vise à intensifier la coopération économique avec les pays étrangers, au service de l’industrialisation, de la modernisation et du développement de l’économie nationale, sur la base de l’exploitation et de l’utilisation efficaces des ressources.

L’une des meilleures économies pour investir

Les flux d’IDE dans le pays ont montré une nette montée en puissance ces dernières années, faisant du Vietnam l’un des principaux pays d’accueil des investissements étrangers dans le monde, après plus de 30 ans de la réalisation du processus de Renouveau et de la politique d’ouverture. L’hebdomadaire américain News and World Report a classé le Vietnam à la 8e place parmi les 29 meilleures économies pour l’investissement et au premier rang au sein de l’ASEAN en matière d’attraction des capitaux étrangers. Le classement de News and World Report est dérivé des résultats d’une enquête mondiale réunissant 7.000 décideurs d’entreprises et se basant sur huit critères : la stabilité économique, l’environnement fiscal favorable, la compétence de la main-d’œuvre, l’expertise technologique, l’entrepreneuriat, l’innovation, le dynamisme et la corruption.

News and World Report a souligné les avantages du Vietnam en termes de coûts compétitifs, de bas salaires et d’infrastructures. En outre, les investisseurs ont une autre raison de rester lorsqu’ils découvrent les incitations fiscales appliquées à divers secteurs et projets dans tout le pays. "Le Vietnam a discrètement développé l’un des régimes fiscaux les plus compétitifs d’Asie du Sud-Est", a déclaré Koushan Das, qui supervise des projets en Inde et dans l’ASEAN pour le consultant en affaires Dezan Shira & Associates.

Le secteur de l'immobilier du Vietnam est attractif pour les investisseurs étrangers.
Photo : VNA/CVN

"Les investisseurs étrangers, en particulier ceux spécialisés dans les produits à haute valeur ajoutée, pourraient profiter de ces incitations pour devancer leurs concurrents dans les prochaines années", a ajouté Koushan Das. Alors que les coûts de la main-d’œuvre sont relativement moins élevés au Vietnam, le pays insiste sur l’importance de développer une main-d’œuvre qualifiée en tant que facteur clé pour encourager les IDE, tout en favorisant l’innovation et l’utilisation accrue des nouvelles technologies. Bien que la productivité du travail au Vietnam se soit améliorée au cours de la dernière décennie, elle reste faible comparée à celle d’autres membres de l’ASEAN, ce qui constitue sans doute le plus grand défi du pays pour maintenir son statut de plaque tournante d’investissement régional.

Le vice-Premier ministre Vuong Dinh Huê a précisé : "Le dispositif régissant l’accueil des investisseurs étrangers doit être plus souple. Les mesures visant à attirer plus de multinationales ne doivent pas seulement reposer sur des avantages financiers. Il faut également allonger la durée des projets, diversifier les types d’investissements… Notre objectif est d’encourager les multinationales à construire des centres dédiés à l’innovation, à la recherche et au développement".

Le message du gouvernement vietnamien est clair : notre pays souhaite accueillir les investisseurs étrangers, mais ne tolèrera plus les pratiques illégales. Les sociétés étrangères implantées au Vietnam feront l’objet d’un contrôle fiscal strict et la pratique du prix de transfert ne sera plus acceptée, a averti Vuong Dinh Huê.

Thê Linh/CVN