Combattre les inégalités ethniques à l'école
17/10/2021 08:10
Les élèves des minorités ethniques doivent parcourir en moyenne près de 11 km pour se rendre à l’école. C’est ce que montre un rapport récemment rendu public.

>>Priorité à la lutte contre la pauvreté
>>Une vie meilleure des Ruc à Quang Binh

 
Pour aller à l’école, les élèves des ethnies minoritaires doivent accomplir un long et dangereux trajet .
Photo : VNA/CVN

Le rapport "Chiffres sur les femmes et les hommes des ethnies minoritaires au Vietnam pour la période 2015-2019" a été réalisé par l’Agence des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes), en collaboration avec l’Institut du travail et des sciences sociales, la Commission des affaires ethniques et l’ambassade d’Irlande.

"Les problèmes d’égalité des sexes liés à des facteurs ethniques sont souvent difficiles à résoudre et nécessitent une approche globale ainsi qu’un engagement à investir des ressources financières dans les années à venir", a affirmé Elisa Fernandez Saenz, chef de la représentation de l’ONU Femmes au Vietnam.

En 2020, le taux d’alphabétisation des minorités ethniques atteignait 90%, un résultat remarquable. Les zones montagneuses et celles peuplées d’ethnies minoritaires représentent près des trois quarts de la superficie du pays. Là vivent les 53 minorités ethniques pour un total de 14,12 millions de personnes (soit 14,7% de la population nationale).

De grandes disparités d’accès à l’éducation

Écoliers d’ethnies minoritaires sur le chemin de l’école.
Photo : CTV/CVN

Cependant, Mme Saenz a souligné que l’accès à une éducation de qualité demeurait un défi pour les enfants. En effet, le taux de généralisation de la préscolarisation chez les enfants de minorités ethniques n’est que de 32,3 % contre 88,5% au niveau national.

Selon le rapport, la distance moyenne menant à l’école pour ces enfants est  longue, 11 km en moyenne. Le déplacement dans ces régions est  souvent compliqué voire dangereux, avec notamment des menaces sur la sécurité des femmes et des fillettes comme la traite humaine, des abus ou des vols.

En outre, de nombreuses écoles manquent encore de salles fonctionnelles ou d’installations sanitaires. Le COVID-19 creuse également l’écart dans l’accès à l’éducation en ligne, plus de 21 millions d’élèves devant étudier en distanciel, ce qui nécessite l’achat d’un ordinateur personnel.

Inphographie : Truong Trân/CVN
 
De nombreuses autres difficultés ont été soulevées telles que l’augmentation du coût de l’éducation pour les enfants de minorités ethniques en raison de l’exigence d’appareils connectés à Internet (téléphones, ordinateurs portables...) ; le manque de programmes d’études en ligne en langues ethniques ; et le fait qu’environ 93% des enseignants des zones de minorités ethniques n’utilisent pas les outils d’éducation numérique (études de l’UNICEF)…

Face à cette situation, Mme Saenz a recommandé au gouvernement de créer des conditions favorables pour que ces enfants puissent accéder de manière égale à la technologie et aux méthodes d’enseignement en ligne, d’investir dans l’amélioration des capacités des enseignants…

Les barrières d’accès à l’éducation entraîneront de nombreuses conséquences socioéconomiques. Par exemple, le revenu moyen mensuel des minorités ethniques en 2018 était de plus de 2 millions de dôngs par personne, soit la moitié de la moyenne nationale (4,15 millions de dôngs).
 
Huong Linh/CVN