Coronavirus : le point sur la pandémie dans le monde
13/01/2021 08:21
Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

>>L'effet des fêtes et du variant du virus scrutés en France
>>Ne pas compter sur une immunité collective en 2021, avertit l'OMS

Le Café de Paris, à Monaco, fermé en raison du couvre-feu, le 12 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le vaccin AstraZeneca/Oxford candidat dans l'UE 

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mardi 12 janvier avoir reçu une demande d'autorisation pour le vaccin AstraZeneca/Oxford, précisant qu'elle pourrait prendre sa décision le 29 janvier. Ce vaccin est moins cher à produire que ses rivaux et plus facile à stocker. Pour l'heure, seuls les vaccins de Pfizer/BioNTech et de Moderna sont administrés dans l'Union européenne.

Ailleurs en Europe, la Suisse a autorisé le vaccin de Moderna ce mardi 12 janvier.

Athènes veut un certificat de vaccination européen 

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis appelle l'Union européenne (UE) à adopter un certificat de vaccination permettant aux personnes vaccinées de voyager librement pour donner un coup de pouce à l'industrie du tourisme, terrassée par la pandémie du coronavirus.

Kiev appelle l'UE à l'aide

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dont le pays n'a jusqu'à présent obtenu aucune dose de vaccin contre le COVID-19, a appelé l'Union européenne à aider Kiev et cinq autres ex-républiques soviétiques (Arménie, Azerbaïdjan, Bélarus, Géorgie et Moldavie) à vacciner leurs populations.

Pas d'immunité collective en 2021 

Les campagnes de vaccination massives, face à la progression galopante du COVID-19, ne suffiront pas à garantir une immunité collective en 2021, a averti l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

France : variant anglais dans 1% des tests positifs 

Environ 1% des tests positifs en France correspondent au variant anglais, vraisemblablement plus contagieux, selon les résultats préliminaires d'une enquête menée sur deux jours la semaine passée, a indiqué mardi 12 janvier le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Désinfection pour lutter contre le COVID-19 dans une gare des chemins de fer à Pékin, le 12 janvier.
Photo : Xinhua/VNA/CVN

Parlement suspendu en Malaisie 

Le roi de Malaisie a déclaré mardi l'état d'urgence national pour faire face à une résurgence rapide de l'épidémie de coronavirus et le Parlement a été suspendu dans la foulée. L'opposition a sévèrement critiqué cette décision qu'elle voit comme un abus de pouvoir prenant pour prétexte l'épidémie, au moment où le gouvernement risquait de tomber.

Malawi : deux ministres décèdent 

Deux ministres du Malawi, en charge des Transports et des Administrations locales, sont décédés mardi 12 janvier du COVID-19.

Le pays est confronté à une recrudescence des cas de nouveau coronavirus, attribuée par le pouvoir au mauvais respect des gestes barrières, en particulier le port du masque.

Assaut du Capitole : trois députés contaminés 

Trois députés démocrates américains ont annoncé avoir été testés positifs après leur mise à l'abri avec d'autres parlementaires pendant l'assaut sur le Capitole et l'une a accusé des collègues républicains d'avoir refusé de porter un masque.

Près de deux millions de morts dans le monde 

La pandémie a fait au moins 1.945.437 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi 12 janvier.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 376.283 décès, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Les autres pays les plus frappés sont le Brésil avec 203.580 morts, l'Inde (151.327 morts), le Mexique (134.368) et le Royaume-Uni (81.960).

AFP/VNA/CVN