D'anciens dirigeants de Dà Nang emprisonnés pour violations de la gestion des terres
13/01/2020 23:22
Le 13 janvier, le Tribunal populaire de Hanoï a prononcé des peines de prison à 21 accusés reconnus coupables de "violation des règles de gestion et d'utilisation des biens de l'État, entraînant des pertes et du gaspillage" et de "violation des règles de gestion des terres".

>>Deux anciens dirigeants de la ville de Dà Nang devant la justice
>>Demande de mise en examen de deux anciens présidents du Comité populaire de Dà Nang


Lors du procès. 
Photo: VNA/CVN

En conséquence, l'ancien président du Comité populaire de Dà Nang, Trân Van Minh, a été condamné à 12 ans de prison pour avoir enfreint la réglementation sur la gestion et l'utilisation des biens de l'État, causant des pertes et du gaspillage, et cinq ans pour avoir enfreint les règles de gestion des terres.

Un autre ancien président dudit Comité, Van Huu Chiên, a été condamné à 12 ans de prison pour les mêmes charges.

Phan Van Anh Vu, ancien président de la Compagnie par actions de contruction 79 et de la Compagnie par actions Bac Nam 79, a été condamné à 30 ans de prison.

Selon l'acte d'accusation, Minh et Chiên occupaient des postes de direction clés dans la ville de Dà Nang et étaient chargés de la gestion des biens de l'État, de l'utilisation et de la gestion des terres.

Les deux accusés ont violé les lois et ordonné à leur personnel d'achever les procédures de vente de bâtiments appartenant à l'État et de transfert illégal de terrains à Vu. Ces actions ont été "répétées plusieurs fois sur une longue période".

Avec l'aide des deux anciens présidents du Comité populaire et d'autres hauts responsables qui ont signé et suivi les ordres, Vu a pu acquérir divers bâtiments et terrains appartenant à l'État situés dans des emplacements privilégiés à un prix beaucoup plus bas ou sans vente aux enchères de 2006 à 2014.

Leurs actions ont causé des pertes de plus de 22.000 milliards de dôngs (947,5 millions d’USD) à l'État.

Entre 2002 et 2017, Vu a utilisé son propre nom et celui de ses proches pour créer, apporter du capital à et gérer directement cinq sociétés immobilières, dans le but d'acheter de nombreux projets immobiliers ainsi que des maisons publiques et des terrains à Dà Nang sans enchères, à des prix inférieurs à ceux fixés par le Comité populaire municipal, empochant personnellement une somme d'argent particulièrement énorme.
 
VNA/CVN