Dans le désert israélien, la résurrection de dattiers vieux de 2.000 ans
17/10/2021 13:00
Lorsqu’on lui a dit qu’elle était "folle", la scientifique Sarah Sallon a dû redoubler d’efforts de persuasion pour obtenir de vieilles graines jalousement conservées par des archéologues. Mais son intuition était bonne. Les graines ont germé et fait renaître des dattiers vieux de 2.000 ans.

>>Biskra, «capitale des dattes» en Algérie
>>La plus haute tour solaire du monde s'élève dans le désert israélien

Des dattes récoltées d’un dattier issu de graines vieilles de 2.000 ans, à Kibbutz Ketura, dans le Sud d’Israël.
Photo : AFP/VNA/CVN

C’est à la pointe Sud d’Israël, en plein désert, que l’on déguste des dattes d’une variété que l’on croyait longtemps disparue, fruits du palmier de Judée. Tout a commencé en 2004, lorsque Sarah Sallon, médecin britanno-israélienne reconvertie en botaniste, a toqué à la porte du Département d’archéologie botanique de l’Université israélienne Bar Ilan.

Inspirée par des lectures sur des semences de lotus vieilles de 500 ans retrouvées en Chine et ayant germé, elle a voulu acquérir quelques graines de palmiers de Judée soigneusement consignées après leur découverte dans les années 1960 sous des débris à Massada, citadelle construite par le roi Hérode (Ier siècle avant J.C.) en surplomb de la mer Morte.

"C’est impossible"

"Ils m’ont dit : +Tu es complètement folle, ça ne marchera jamais !+", se souvient la septuagénaire au chapeau de brousse et aux yeux bleu clair. À force de les "enquiquiner", elle a obtenu cinq de ces "antiquités botaniques", sur une collection de milliers de graines. Ces précieuses semences en main, elle est allée trouver Elaine Solowey, spécialiste d’agriculture durable, dans le kibboutz Ketura, près de la frontière avec la Jordanie.

"Elle m’a dit : +ces graines viennent de Massada. Essaye de les faire germer+", relate Mme Solowey. "Je lui ai demandé de quand elles dataient, elle m’a dit 2.000 ans. Je lui ai répondu que c’était impossible". Après quelques mois de réflexion sur la bonne manière de s’y prendre, Elaine Solowey a hydraté et planté les graines, utilisant de l’engrais à base d’enzyme mais écartant tout produit chimique. Sur l’ardoise de sa serre où elle cultive des dizaines de plantes, chaque visite était conclue par la mention "rien à signaler".

Éclosion

Jusqu’à un jour de mars 2005, où elle aperçoit un petit pot qui commence à craquer. "Je n’en croyais pas mes yeux", raconte Mme Solowey, la tête recouverte d’une casquette à l’effigie du premier dattier "ressuscité", surnommé Methuselah (Mathusalem) en référence au personnage biblique connu pour sa longévité.

Des Israéliens plantent un dattier issu de graines vieilles de 2.000 ans, dans le
Sud d’Israël.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Seulement à ce moment-là, j’ai commencé à vraiment en prendre soin. Je n’en avais pas compris l’importance", reconnaît celle qui avait sous les yeux la plus ancienne graine germée au monde, ayant fait son entrée dans le livre Guinness des records. Sur les cinq graines données par l’université, seule celle-ci s’est développée. Deux avaient été gardées pour des recherches scientifiques, permettant grâce à la datation radiocarbone d’en confirmer l’ancienneté.

Les dattiers de Judée ont progressivement disparu au fil des invasions et des guerres qui ont rythmé la région, notamment à partir du Ier siècle avant J.-C. et la conquête romaine, explique Mme Sallon, auteure d’un article sur le sujet dans la revue américaine Science.

Les palmiers sont "comme des enfants, il faut les éduquer sinon ils deviennent sauvages", sourit-elle. "Il faut les arroser, récupérer le pollen des arbres mâles et polliniser à la main les arbres femelles pour produire des dattes superbes. Si la continuité est altérée, tout s’effondre".

Retour à la vie

Planté en 2011, Methuselah était un pied mâle. Incapable de se satisfaire d’un palmier sans fruit, Sarah Sallon est partie en quête d’autres graines et en a obtenu une trentaine, découvertes dans des caves du désert de Judée, dont Qumrân, célèbre pour les manuscrits de la mer Morte qui y ont été retrouvés.

Pour la scientifique, "l’environnement unique de la mer Morte a contribué à préserver les graines, non seulement en raison de l’aridité mais aussi de l’atmosphère, à 400 m au-dessous du niveau de la mer, qui y est la plus dense au monde". Surprise ou petit miracle : l’une des graines germe en un plant femelle, baptisé "Hannah" et transplanté en 2019. Dès l’année suivante, "Hannah" livre ses premières dattes.

Puis, au mois d’août dernier, une récolte abondante : 800 dattes marron clair, légèrement sèches mais au délicat goût de miel, dont quelques unes seront mises en vente prochainement. Depuis, "Hannah" a une sœur, "Judith", mise en terre fin septembre.

"C’est une lueur d’espoir. Cela montre que la nature a plus d’un tour dans son sac", assure Sarah Sallon, inquiète de l’extinction "massive" d’espèces. "Elle peut laisser ses graines dormir pendant des milliers d’années, nous laisser penser qu’elles ont disparu et il suffit d’une paire de mains en or pour les ramener à la vie".

AFP/VNA/CVN