De jeunes Viêt kiêu de retour au pays d’origine
02/08/2020 09:35
De plus en plus de jeunes Vietnamiens résidant à l’étranger ont décidé de retourner dans leur pays d’origine, afin d’évoluer au sein des milieux du showbiz et de contribuer au développement national dans plusieurs domaines, dont la musique, le cinéma, le théâtre et la mode.

>>Hô Thu Huong, une source d’inspiration pour les jeunes
>>"Au Vietnam, j'ai beaucoup de chance honnêtement !"
>>Un styliste Viêt kiêu à la conquête de la mode mondiale

De gauche à droite : Stella Dào, Katleen Phan Vo et Sam. Photo : TN/CVN

Née en 1994 à Hanoï, Stella Dào, de son nom vietnamien Dào Thu Giang, s’est faite connaître en représentant la Grande-Bretagne au concours de beauté Miss Globe tenu en Chine en 2018, où elle a remporté le titre de Miss Globe Super Star.

Lors de son retour au Vietnam la même année, elle a exprimé son souhait de pleinement profiter de cette opportunité : "En plus de réaliser mes engagements de reine de beauté, je souhaite également participer à des projets de production de films à Hollywood. J’ai l’ambition de déployer plusieurs programmes artistiques au Vietnam et en Grande-Bretagne. Je souhaite également revenir dans mon pays natal pour participer à des défilés de mode".

Stella Dào vêtue de la tenue traditionnelle des Vietnamiennes. Photo : ST/CVN

L’actrice Katleen Phan Vo est un autre exemple de retour au pays réussi, beaucoup cité ces derniers temps. Née au Canada, elle est la fille de l’ancienne "reine" vietnamienne des calendriers photo Thanh Xuân. Elle a su se faire un nom dans le milieu du cinéma vietnamien grâce à sa beauté et à sa capacité à se transformer. Pourtant, personne n’aurait pu imaginer que cette étudiante en droit deviendrait un jour actrice.

"Un jour, j’ai découvert que j’aimais l’art et j’ai voulu devenir une princesse du petit écran ! Pour moi, suivre la carrière d’actrice a été une décision semée de difficultés mais aussi de succès", se souvient-elle.

En effet, sa décision d’abandonner ses études pour devenir avocate a longtemps préoccupé ses parents.

D’après eux, il était difficile de réussir dans cette voie si on n’avait aucune expérience dans le domaine. "Heureusement, je suis parvenue à les persuader et j’ai pu réaliser mon rêve", se réjouit-elle.

Après des débuts difficiles, Katleen décroche enfin un rôle principal dans un film grand public Lât mat 4 : The walking guests (littéralement : Tourner casaque : Les invités qui marchent) qui la propulse sur le devant de la scène vietnamienne.

Avant le tournage de ce film, Katleen avait d’ores et déjà laissé une bonne impression en participant au tournage des clips vidéo des chanteurs Lam Truong et Trinh Thang Binh. C’est aussi un ancien membre de la troupe de danse East2West, qui réunit plus d’une centaine de passionnés de K-Pop - musique pop sud-coréenne - à travers la ville de Montréal.

"Je suis vraiment Vietnamien"

Huynh Samuel An a su impressionner le public vietnamien par son timbre de voix doux. Photo : CTV/CVN

En interprétant la chanson française La vie en rose au concours The Voice organisé en 2018 au Vietnam, Huynh Samuel An a "capturé le cœur" de nombreux spectateurs. Né et ayant grandi en Suisse, il est déterminé à retourner au Vietnam pour poursuivre une carrière dans le 7e art en s’appuyant sur ses nombreux talents : sa maîtrise de quatre langues (vietnamien, français, anglais et allemand), du piano et de la guitare. Tout récemment, il a été invité à participer au tournage du téléfilm de HTV7 Yêu nhâm con gái ông trùm 2 (Tomber amoureux de la fille du parrain 2).

"Ma mère est originaire de Cân Tho et mon père de Bên Tre. Ils m’ont enseigné le vietnamien quand j’étais tout petit. Ma famille gagne sa vie grâce au commerce de denrées alimentaires asiatiques, du Vietnam notamment donc je connais bien la cuisine vietnamienne !", raconte-t-il.

Comme sa maison est près d’une église vietnamienne, Huynh Samuel An est très actif au sein de la communauté. Il est surnommé Sam par ses amis. "Cela me permet d’exercer mon vietnamien. Je suis très fier de mes origines vietnamiennes", souligne-t-il.

Passionné d’art depuis l’enfance, Sam a eu accès à la musique assez tôt. Outre les chansons en langues étrangères, il apprécie également beaucoup les chansons vietnamiennes. Après avoir obtenu son diplôme universitaire en Suisse, il a décidé de suivre le chemin de son cœur et de retourner au Vietnam. "J’ai surmonté les barrières culturelles et sociales. J’ai redoublé d’efforts pour mieux m’intégrer à la vie des Vietnamiens. Maintenant, je me considère vraiment Vietnamien", estime-t-il.

Pour ces Viêt kiêu, revenir au Vietnam pour explorer le monde du showbiz est aussi un moyen pour eux de mieux comprendre leur pays d’origine et de renouer avec leurs racines.
 
Phuong Nga/CVN