Des couches aux iPhones, les usines au secours d'une Chine en mal de masques
14/02/2020 13:17
Dans une Chine en pénurie de masques faciaux anti-coronavirus, les industriels se mobilisent : les usines d'iPhones, de vêtements, d'automobiles voire... de couches pour bébé, modifient leurs lignes de production pour répondre à la demande.

>>Chine : ouvriers en quarantaine dans une usine géante de production d'iPhones
>>Quel avenir pour les services d'Apple, ce grand accro à l'iPhone?
>>Explosions d'iPhones en Chine : Apple dément toute responsabilité

Des habitants de Hong Kong protégés par leurs masques pianotent sur leur portable, le 4 février. Photo : AFP/VNA/CVN

New Yifa fabrique généralement des produits d'hygiène grand public, comme des lingettes, des serviettes en papier, ou encore des mouchoirs. Mais l'entreprise a réussi en deux jours à convertir une ligne de production de son usine située dans la province du Fujian (Est). Objectif : produire des masques de protection en papier. Ceux-ci sont ensuite expédiés à du personnel médical, lequel en a cruellement besoin pour se protéger de toute contamination par les patients atteints du Covid-19.

"Tous nos employés travaillent sur les masques à l'heure actuelle", a indiqué par téléphone le vice-président du groupe, Shen Shengyuan. Son usine peut produire, dit-il, plus de 600.000 unités par jour. Et l'entreprise envisage de convertir une autre ligne de production d'ordinaire dédiée aux couches. Mais cela a un coût : New Yifa a dû reporter une commande à 5,5 millions d'euros afin de se concentrer sur les masques.

Grave pénurie

Selon le dernier bilan établi jeudi, la pneumonie à coronavirus a déjà contaminé quelque 60.000 personnes en Chine, dont 1.350 mortellement. Les autorités ont concédé que le pays avait un besoin urgent de masques, en particulier dans la province du Hubei (centre), épicentre de la crise, où médecins et infirmières font face à une grave pénurie de fournitures de protection. À plein régime, les usines chinoises peuvent produire environ 20 millions de masques par jour.

Face à l'urgence, leur capacité de production totale a atteint mardi les 94%, a indiqué Xia Nong, un responsable de l'Agence nationale de planification économique (NDRC). Il a appelé jeudi 13 février les entreprises qui n'ont pas encore atteint ce niveau à y parvenir "le plus vite possible". À part New Yifa, d'autres entreprises dont ce n'est pas le cœur de métier se sont également lancées dans la fabrication de masques.

Smartphones et pétrole

Le taïwanais Foxconn, qui assemble les produits électroniques du géant américain Apple, comme les iPhones, a commencé la production de masques dans son usine de Shenzhen (sud de la Chine). Ambition : débiter 2 millions de masques par jour d'ici fin février. Ils seront distribués aux ouvriers du groupe, mais aussi acheminés ailleurs au besoin.

Le constructeur automobile BYD, qui produit des voitures électriques, a indiqué vouloir fabriquer chaque jour 5 millions de masques et 50.000 bouteilles de désinfectants d'ici fin février. Il prévoit de commencer la production à grande échelle d'ici lundi. Les masques iront principalement dans les hôpitaux et les régions les plus touchées.

Par ailleurs, 14 compagnies textiles de Ningbo, dans la province du Zhejiang (est) ambitionnent de produire un million de masques en 20 jours, selon l'agence de presse Chine nouvelle. Une co-entreprise en Chine du géant américain automobile General Motors participe aussi à la mobilisation générale. Quant au mastodonte pétrolier chinois Sinopec, il a dit espérer produire quotidiennement plus d'un million de masques d'ici le 10 mars, grâce à 11 nouvelles lignes de production.

AFP/VNA/CVN