Hanoï, 65 ans après sa libération
10/10/2019 06:06
Le 10 octobre 1954, la capitale vietnamienne était enfin libérée du joug français. Cette journée historique restera, au regard du monde entier, le symbole du Renouveau du Vietnam. Une flamboyante Hanoï est née depuis : locomotive économique du pays et "Ville de la paix".

>>"Carnet de paix", un message pour l’avenir
>>La capitale où les dirigeants du monde se sentent bien
>>La journée du retour triomphal des troupes
>>Un enseignant qui a consacré sa vie à Hanoï


Hanoï, ville paisible.
Photo : Phuong Nga/CVN

Au printemps 1954, les habitants de Hanoï, drapeaux et fleurs à la main, envahirent les rues pour accueillir les troupes triomphales entrant dans la capitale après la victoire éclatante de Diên Biên Phu, qui mis fin à neuf ans de résistance anti-française. Cet événement marqua un tournant majeur, ouvrant une nouvelle ère glorieuse dans l’histoire millénaire de Thang Long - Dông Dô - Hanoï. La capitale s’était libérée du joug des colonialistes. Les habitants étaient de nouveaux maîtres de leur destin.

Un nouveau jour se lève

Soixante-cinq ans plus tard, Hanoï s’est littéralement métamorphosée, avec en particulier de grandes avancées dans l’économie, le tourisme et l’éducation.

L’élargissement de ses limites administratives en 2008 lui a permis de s’affirmer comme le plus grand centre politico-économique du pays. Son apparence a beaucoup changé, grâce à de nombreux ouvrages d’envergure : centres commerciaux, autoroutes, ponts ou nouvelles zones urbaines…Le fruit du patriotisme et des efforts inlassables de plusieurs générations de soldats et d’habitants.

La capitale Hanoï vue du ciel.
Photo : Thành Dat/VNA/CVN

"Hanoï réformera ses politiques pour attirer davantage de projets d’investissement d’envergure avec une valeur ajoutée élevée et des technologies respectueuses de l’environnement", a déclaré Nguyên Duc Chung, président du Comité populaire municipal.

Entre janvier et mai, la capitale a été la première destination nationale des IDE avec 4,79 milliards d’USD, devant Hô Chi Minh-Ville et Binh Duong au Sud.

Pour attirer plus de 5 milliards d’USD d’IDE en 2019, les autorités municipales ont lancé de nombreuses activités de promotion du commerce et accéléré l’application des technologies de l’information dans le traitement des formalités administratives liées à l’enregistrement des entreprises, la délivrance de licences d’investissement, la déclaration fiscale, l’assurance et la gestion foncière.

En 2020, la capitale table sur une croissance de 7,4% et un revenu par habitant de 126 millions de dôngs (plus de 5.400 USD).

La tour de la Tortue (Tháp Rùa) et le pont du Soleil-Levant (Thê Húc) au cœur de Hanoï.
Photos : Phuong Nga/CVN

Au-delà de la croissance économique, Hanoï s’intéresse aussi de près au bien-être social. Le taux des ménages pauvres était seulement de 1,19% en 2018, soit une réduction de 0,5 point par rapport à l’an passé. Et celui de couverture par l’assurance-santé atteignait 86,5%.

Hanoï est parvenue, deux ans avant terme, à ses objectifs en matière de production agricole et de création d’emplois. Elle est aussi considérée comme une localité pionnière en matière d’édification de la Nouvelle ruralité. Fin avril, 325 de ses 386 communes étaient conformes aux normes de la Nouvelle ruralité, soit 84,2% du total.

Le tourisme, un atout formidable

La capitale possède de multiples atouts touristiques qui la rendent attractive auprès d’un large public. Pendant les sept premiers mois de l’année, plus de 16,7 millions de touristes, dont 3,7 millions d’étrangers, ont visité la capitale, soit une hausse respective de 9,2% et 8,9% en glissement annuel. Les recettes touristiques se sont élevées à 57.780 milliards de dôngs, soit l’équivalent de plus de 2,4 milliards d’USD (+28,8% sur un an).

En deux décennies, Hanoï n'a cessé de valoriser son titre de "Ville de la paix".
Photo : VNA/CVN

Sur l’ensemble de l’année, les autorités municipales visent 28,6 millions de visiteurs, dont 6,7 millions d’étrangers, et 87.788 milliards de dôngs de recettes.

Selon le représentant en chef du bureau de l’UNESCO à Hanoï, Michael Croft, la capitale a su conserver ses vestiges historiques et culturels, en dépit d’une croissance économique fulgurante ces dernières décennies. Cela lui permet de progresser sereinement pour devenir une ville moderne d’envergure régionale et mondiale.

--------   5.400   -------
En 2020, la capitale Hanoï
table sur une croissance de 7,4%
et un revenu par habitant de 126 millions
de dôngs (plus de 5.400 USD)

-----------------------------------------------------------

Hanoï est devenue plus ouverte et dynamique, entretenant une coopération amicale avec plus de 100 capitales et villes dans le monde entier. Elle s’est révélée être un membre responsable au niveau mondial, avec un prestige croissant dans de nombreux forums internationaux importants.

"Des mesures concrètes ont été déployées afin de rendre Hanoï encore plus attractive. La ville a également promulgué deux codes de conduite pour ses citoyens dans les lieux publics", a souligné Nguyên Duc Chung.

Dans une rue piétonne de Hanoï.
Photo : Phuong Nga/CVN

L’UNESCO ne s’y est pas trompée, et lui a décerné le titre de "Ville de la paix" lors d’une cérémonie tenue le 16 juillet 1999 à La Paz, capitale de la Bolivie.

Hanoï est toujours la seule capitale en Asie-Pacifique à avoir reçu ce titre. L’un des critères essentiels est d’obtenir des résultats importants dans l’amélioration des conditions de vie de la population, l’intensification de la solidarité, le développement de la culture et de l’éducation, etc.

Cette reconnaissance de la communauté internationale a contribué à rehausser la fierté des habitants, les encourageant à conjuguer leurs efforts pour l’édification d’une capitale prospère, belle et moderne.

En 2019, Hanoï a été choisie pour l’organisation du 2e Sommet États-Unis - République populaire démocratique de Corée. Cela a affirmé sa valeur en tant que "Ville de la paix". Bien que ce sommet n’ait abouti à aucun accord, il s’agit toujours d’une avancée remarquable pour les négociations de paix en péninsule coréenne.
 
Phuong Nga/CVN