La culture de la street food au Vietnam
16/05/2020 09:34
Le Français Florent Chaudemanche est installé à Hô Chi Minh-Ville depuis de nombreuses années. Il y a quelques années, avec son appareil photo en bandoulière, il a arpenté les rues de Nha Trang, capitale de la province de Khánh Hoà (Centre). Il a été ébloui par cette cité balnéaire de plus de 300.000 habitants avec sa plage longue de 7 km et son climat particulièrement agréable.

>>Le Figaro présente la street food vietnamienne avec "huit merveilles à déguster à Hanoï"
>>La cuisine de rue du Vietnam parmi les cinq meilleures au monde

Vendeuses bien alignées de bon matin.

En s’éloignant du bord de mer, Florent Chaudemanche s’est intéressé de près à la cuisine de rue très présente dans cette ville.

Manger dans la rue reste une expérience unique, un moment privilégié, une immersion complète et, pour beaucoup, un art de vivre. La cuisine de rue est un réel phénomène. Il faut s’asseoir sur des tabourets minuscules et manger sur des tables en plastique. Ce n’est pas toujours confortable mais beaucoup plus exotique et chaleureux.

Au Vietnam, les roulottes de plats, tous autant délicieux les uns que les autres, sont présents dans les rues dès l’aube jusqu’à la nuit tombée. Parmi la multitude de mets et de spécialités, on trouve évidemment le pho qui reste l’emblème de la cuisine de rue. Il s’agit d’une soupe à base d’os à moelle, de bœuf, d’herbes aromatiques, d’oignons, d’épices et de nouilles de riz.

Le bánh mì est aussi un aliment vedette. C’est une demi-baguette dans laquelle on trouve du pâté, de la viande laquée, des concombres, des carottes râpées, du piment, voire de la mayonnaise. Le bánh xèo est aussi immanquable. C’est une galette faite à base de farine de riz, de bœuf, de crevettes, de soja et d’oignons.

Le bún bò Huê est une soupe délicieuse à base de vermicelle de riz (bún), de bœuf (), de pied de porc, d’herbes fraîches et de piment. Il y a aussi le com tâm préparé à partir de grains de riz brisés. Mais si vous avez la dent sucrée, il y a des desserts délicieux comme le bò bía ngot à base d’un bonbon de malt ou de canne à sucre, de noix de coco râpée et de lait concentré. Le tout est soigneusement enroulé dans une crêpe. Et il y aussi des fruits merveilleux comme le fruit du dragon, le ramboutan ou encore le mangoustan.

Texte : Hervé Fayet/CVN
Photos : Florent Chaudemanche/CVN