La formation professionnelle séduit étudiants et entreprises
07/11/2020 07:43
La rénovation et l’amélioration de la qualité de la formation professionnelle sont des éléments décisifs pour la montée en compétences de la main-d’œuvre, indispensable au processus d’industrialisation et de modernisation du pays.

>>L’entreprise à l’heure de la formation
>>Écoles professionnelles, les autoroutes de l’emploi victimes de préjugés


Les écoles de formation professionnelle contribuent à mener à bien l’œuvre d’industrialisation et de modernisation du pays.
Photo : VNA/CVN

L’enseignement professionnel est un moyen important de former une main-d’œuvre capable de s’adapter aux changements rapides du marché du travail, de répondre aux exigences de l’intégration internationale et de contribuer au développement rapide et durable du pays. Au cours de la 4e révolution industrielle, la force de travail du Vietnam devrait être fortement développée à la fois en quantité et en qualité afin de stimuler la croissance économique et diminuer le taux de chômage.

---------- 80% ----------

Environ 80% des élèves et étudiants
des écoles professionnelles
décrochent un emploi
juste après l’obtention de leur diplôme


---------------------------------------------------
 
Dans les pays développés, les gouvernements accordent une grande importance à la formation professionnelle. Cette dernière prépare les élèves à l’exercice de métiers spécialisés en leur permettant d’acquérir des compétences et des connaissances pratiques. Proposant des formations plus courtes qu’à l’université, les établissements d’enseignement professionnel sont une option intéressante pour les jeunes qui désirent accéder rapidement au marché du travail.

Une orientation efficace

Au Vietnam, le gouvernement considère la formation professionnelle comme essentielle pour mieux exploiter le potentiel et les atouts de la population active, en particulier dans le contexte de mutation du monde du travail. Ainsi, la rénovation et l’amélioration de sa qualité sont l’une de ses priorités.

Selon le ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales, le pays possède une main-d’œuvre jeune et abondante. Cependant, il manque de travailleurs hautement qualifiés. C’est dans l’optique de remédier à cette situation qu’il a promulgué le 23 mai 2014 le projet de développement d’écoles professionnelles de haute qualité pour la période 2014-2019. Elles devraient contribuer à mener à bien l’œuvre d’industrialisation et de modernisation du pays. Quarante-cinq établissements d’enseignement professionnel publics appliquent des méthodes et programmes pédagogiques venant des pays développés de l’ASEAN et du monde. Ce projet a enregistré des résultats encourageants.

Les perspectives d’emploi sont belles pour les élèves en dernière année des écoles de formation professionnelle dans plusieurs domaines.
Photo : VNA/CVN

"Quelque 80% des élèves et étudiants des écoles professionnelles décrochent un emploi juste après l’obtention de leur diplôme", souligne le Dr. Truong Anh Dung, directeur du Département général de l’enseignement professionnel, relevant du ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales. Et d’ajouter : "Quant aux 20% restants, ils ne se lancent pas immédiatement dans leur carrière professionnelle parce qu’ils poursuivent leurs études à des niveaux plus élevés. Certaines écoles professionnelles réputées enregistrent même un taux d’intégration sur le marché du travail de 100%".

Hô Chi Minh-Ville est l’une des localités pionnières dans la formation professionnelle. Elle en compte à l’heure actuelle plus de 560 établissements (contre trois en 1999), permettant de former chaque année plus de 50.000 personnes. Dans certains métiers, les apprentis atteignent un niveau de qualification similaire à celui des pays développés de l’ASEAN et du monde.

"C’est le fruit de plusieurs éléments, et notamment de l’orientation efficace des élèves", estime Nguyên Van Hiêu, directeur adjoint du Service municipal de l’éducation et de la formation. Dès la 3e, les collégiens de Hô Chi Minh-Ville sont conseillés pour déterminer leurs options futures : poursuivre des études dans le cycle secondaire ou rentrer dans une école professionnelle. En optant pour le deuxième choix, ceux qui n’ont pas le goût des études ou qui sont en difficultés scolaires se tournent vers l’apprentissage d’un métier, tout en bénéficiant d’aides financières.

"Outre prodiguer des conseils aux élèves quant à leur orientation pédagogique, en les amenant à déterminer leurs centres d’intérêt, leurs qualités, leurs talents et leurs besoins, nous les accompagnons dans les différents centres d’enseignement professionnel pour qu’ils puissent se familiariser aux formations et métiers proposés", confie Pham Thai Hô, proviseur du collège Cù Chinh Lan dans l’arrondissement de Binh Thanh.

Cet établissement invite également ses élèves à consulter un conseiller d’orientation ou un conseiller pédagogique afin de s’informer sur les programmes offerts dans la ville. Si au cours de l’année scolaire 2018-2019, 14,8% de ses élèves intégraient un lycée professionnel, ce chiffre est monté à 18,5% pour l’année suivante.

Un bel avenir professionnel

Cette évolution s’observe aussi au collège Minh Duc du 1er arrondissement. Les enseignants ont constaté une augmentation des inscriptions de leurs élèves aux lycées professionnels, en lieu et place de la voie traditionnelle du général. Une réalité qui reflète le changement de perspectives des jeunes sur la question des diplômes, mais aussi sur leur avenir professionnel.

En parallèle à l’orientation précoce des élèves, Trân Thuy An, proviseure du collège Minh Duc, souhaite que les établissements professionnels renforcent leurs liens avec les entreprises pour que les étudiants puissent travailler en tant qu’apprentis pendant leur formation et être embauchés dès leur sortie de l’école.

Quant à Luong Thành Phat, proviseur du collège Lac Hông dans le 10e arrondissement, il insiste sur la nécessité d’élargir la formation professionnelle, de renforcer sa qualité et de tenir plus compte des besoins des entreprises et leur donner un rôle dans l’élaboration des programmes de formation afin qu’ils puissent répondre aux demandes de l’économie nationale, tout en favorisant les compétences numériques. Ainsi, les capacités des travailleurs pourront s’adapter à l’ère technologique actuelle.
 
Phuong Nga/CVN