Le parcours à succès d’un Viêt kiêu qui s’engage pour le développement de son pays natal
22/10/2021 21:19
Après plus de 20 ans passés au Canada, Nguyên Thanh My est retourné au Vietnam pour construire une usine de haute technologie dans la province de Trà Vinh (Sud), créant des emplois pour les travailleurs locaux.

 >>Faire valoir le rôle des Viêt kiêu dans la promotion des produits vietnamiens à l'étranger
>>Une Viêt kiêu s’investit auprès des communautés pour sensibiliser à la vaccination
>>COVID-19 : don de 570.000 USD de la communauté des Vietnamiens à l'étranger

Selon Nguyên Thanh My, l’entrepreneuriat nécessite les qualités suivantes : créativité, transparence et responsabilité.
Photo : DT/CVN


Nguyên Thanh My est né en 1955, aîné d'une famille pauvre, vivant dans le village de Thanh My, district de Châu Thành, province de Trà Vinh. Il a eu une enfance difficile, devant très tôt gagner sa vie en parcourant les rues pour vendre des glaces et du pain. Malgré les difficultés, Thanh My mit tout en œuvre pour étudier et obtint un diplôme de l'Université de Phu Tho (aujourd'hui devenue Université Polytechnique de Hô Chi Minh-Ville).

Un scientifique et homme d’affaires brillant

En 1979, à l’âge de 24 ans, Thanh My décida d’émigrer au Canada. Pendant 12 ans, il y gagna sa vie en exerçant toutes sortes de métiers : serveur, aide-cuisinier, cuisinier, etc. Parallèlement à ses emplois, Thanh My remporta deux bourses d’études, l’une du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) et l’autre du Fonds formation chercheurs et aide recherche (FCAR). Il soutint avec succès quelques temps plus tard son mémoire de maîtrise et sa thèse de doctorat. Il fut ensuite recruté par des sociétés renommées telles IBM, Sun Chemical et Kodak Polychrome Graphics.

En 1997, Nguyên Thanh My ouvrit sa propre entreprise, mettant lui-même le pied dans les affaires. Sa société, ADS, basée à Montréal, est spécialisée dans la recherche et la production de matériaux organiques utilisés dans l’impression, la luminescence, la mise en forme 3D, les films de conversion solaire… Scientifique et homme d’affaires brillant, il possède aujourd’hui pas moins de 150 brevets scientifiques aux États-Unis et au Canada ! Le montant provenant de la sous-location de ses brevets lui rapporte des millions de dollars par an.

Un retour au pays plein de succès

Lors d'une visite dans son pays natal en 2004, il s'est rendu compte que Trà Vinh était encore pauvre, mais avait un grand potentiel de développement. Il décida alors de revenir s’installer au Vietnam pour développer des projets bénéfiques pour le développement socio-économique local. Il créa alors le groupe My Lan au capital de près de 250. 000 USD. Cette entreprise est spécialisée dans la production de presses offset CTP, d'imprimantes et de machines industrielles à jet d'encre, de films plastiques multicouches à haute résistance - des produits qui nécessitent une expertise pointue (qualification élevée). Il s’agit d’une entreprise à haute technologie de premier rang de la province de Trà Vinh.

La création de cette entreprise dans le pays natal de Nguyên Thanh My concrétise  son rêve qu’il a nourri dès ses premières années au Canada alors qu’il était aide-cuisinier. "Je me disais qu’un jour, je retournerai dans mon pays natal pour construire une usine et  aider mes compatriotes à avoir des emplois et à améliorer leur niveau de vie", se souvient-il.

"Trà Vinh était au début de l'année 2004 l'une des trois provinces les plus pauvres du pays. Créer une entreprise dans cette province était un vrai défi pour moi, non seulement en termes d'infrastructures, de transports ou de ressources humaines, mais aussi parce que les Viêt kiêu n’avaient pas bonne presse à l’époque…".

Surmontant toutes ces difficultés, le Dr Nguyên Thanh My a réussi son pari : contribuer à améliorer la qualité de vie des habitants en créant des d'emplois pour les travailleurs locaux. Selon lui, l’entrepreneuriat nécessite les qualités suivantes : créativité, transparence et responsabilité.

Après plus de 10 ans d'activité, le groupe My Lan a créé des emplois pour plus de 800 personnes dans la province de Trà Vinh. L'impression offset CTP du groupe représente plus de 50 % de la part du marché national et ses produits sont exportés dans plus de 40 pays à travers le monde. Actuellement, le groupe possède quatre sociétés membres : la compagnie de chimie de My Lan, la compagnie de production de matériels d’impression My Lan, la société d’optoélectrique et la compagnie American Dye Source basé au Canada et comptant plus de 500 employés.

Le groupe My Lan connaît actuellement une  croissance à trois chiffres, ses produits étant de plus en plus appréciés des experts du monde entier pour les technologies innovantes utilisées.

Des projets pour développer l’agriculture locale

Le siège  du groupe My Lan dans la province de Trà Vinh (Sud). 
Photo : HL/CVN

Après une décennie de développement du groupe My Lan et de "la vallée opto-électronique" de Trà Vinh, Nguyên Thanh My a cédé fin 2015 tous les droits de gestion du groupe à sa femme et il est retourné sur l'île de Long Tri, toujours dans son pays natal de Trà Vinh, démarrant une nouvelle start-up à l'âge de 60 ans. Sa motivation vient toujours de son envie d’aider ses compatriotes : "Nous vivons dans une province littorale et à proximité du delta du Mékong, grenier à riz et riche de produits aquatiques (poissons, crevettes), mais nos agriculteurs sont encore pauvres et les consommateurs doivent manger des aliments de mauvaise qualité".

Il a constaté qu'au Vietnam, les cinq segments de la chaîne de valeur agricole, c’est-à-dire les matériaux intrants, la culture, la transformation, la distribution et la consommation, sont encore très mal intégrés. Avec l'idée "d’améliorer ce qui ne va pas", il a fondé trois nouvelles entreprises, se concentrant sur l'application de la haute technologie dans l'agriculture : RYNAN Smart Fertilizers (production d'engrais intelligents) ; RYNAN Technologies (dispositifs IoT tels que serrures, compteurs d'eau, etc.) ; RYNAN Agrifoods (spécialisé dans la production d’emballages multicouches pour le conserve des produits agricoles).

Après des années de recherche sur la fabrication des engrais à diffusion lente, l'équipe de recherche de RYNAN Smart Fertilizers a réussi à créer un engrais intelligent. Nguyên Thanh My a investi 7 millions d’USD dans la production d'"engrais intelligents" et "d'engrais à libération lente contrôlée" qui permettront d’augmenter le rendement du riz de plus de 10 % et aux agriculteurs d’augmenter leurs revenus de près de 20 %. Sans oublier que cela contribue aussi à la réduction des émissions de gaz à effet de serre de plus de 50% en provenance des engrais.

Actuellement, l’usine de RYNAN Smart Fertilizers produit 20 000 tonnes d’engrais par an. Nguyên Thanh My a encore une fois beaucoup d’ambition : réussir à créer 50 usines pour produire 10 millions de tonnes de fumier avec un chiffre d'affaires d'environ un milliard de USD.

Outre les engrais à diffusion lente, Nguyên Thanh My réfléchit sur d’autres aspects de la culture agricole locale. "Le Vietnam a besoin de l’Internet des objets et de l'application de la technologie de cloud computing pour la mesure de la qualité, la distribution et la gestion de l'eau dans l'agriculture, tels que les compteurs d'eau intelligents, indique-t-il. Ces produits et solutions modernes aideront les agriculteurs à automatiser la culture du riz selon le processus +alternance humide-sec+ pour économiser l'eau, l'énergie et la main-d'œuvre. Dans le même temps, le produit réduira également les émissions de gaz à effet de serre de plus de 40 % et augmentera la capacité d’adaptation aux impacts du changement climatique, tel que l'intrusion d'eau salée et la pénurie d'eau pour la culture".

Concernant la transformation de produits agricoles, le scientifique a déclaré qu’il fallait d’urgence changer la concentration d'oxygène, d'azote et de dioxyde de carbone dans les emballages. Ceci permettra d’augmenter la durée de conservation de la viande, du poisson, des crevettes et d'autres produits agricoles de 3 à 5 fois sans avoir besoin de congeler ou d’ajouter de produits chimiques.

Nguyên Thanh My a également investi 15 millions d’USD pour produire des emballages alimentaires et en approvisionner des entreprises de distribution alimentaire au Vietnam et à l'étranger. Ce type d'emballage de 5 couches permet une très grande résistance à l'air. Les ventes annuelles de ce type de produits s'élèvent à environ 47 millions d’USD.

"Mon rêve est devenu réalité à force de travail et de courage. Je trouve aujourd’hui mon bonheur dans mon pays natal. Le bonheur est l'état émotionnel des gens lorsqu'ils réalisent leurs rêves et aident les autres à réaliser les leurs".
 
Xuân Lôc/CVN