Le Premier ministre britannique remanie son gouvernement 
06/07/2022 12:49
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a procédé mardi à un remaniement ministériel rapide après la démission choc du ministre de la Santé Sajid Javid et du ministre des Finances, Rishi Sunak.

>>Deux ministres britanniques clés démissionnent 
>>Le président de l’Assemblée nationale rencontre des responsables britanniques
>>Boris Johnson survit à un vote de défiance de son Parti conservateur

Steve Barclay, ancien directeur de cabinet de Downing Street, a été désigné au poste de ministre de la Santé. Photo : AFP/VNA/CVN
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a procédé mardi 5 juillet à un remaniement ministériel rapide après la démission choc du ministre de la Santé Sajid Javid et du ministre des Finances, Rishi Sunak.

Steve Barclay, ancien directeur de cabinet de Downing Street, a été désigné au poste de ministre de la Santé, tandis que Nadhim Zahawi, ancien secrétaire d'État à l'Éducation, a remplacé M. Sunak au poste de ministre des Finances.

Dans leurs déclarations de démission publiées en ligne plus tôt dans la journée, MM. Javid et Sunak ont manifesté leur désapprobation vis-à-vis de la direction du Premier ministre Johnson. M. Javid a déclaré qu'il "ne peut plus, en toute bonne conscience, continuer à servir dans ce gouvernement", tandis que M. Sunak a critiqué le manque de compétence gouvernemental.

Boris Johnson et son gouvernement sont confrontés depuis des mois aux retombées de plusieurs scandales, ce qui jette le doute quant à l'avenir des conservateurs lors des prochaines élections générales de 2024.

Nadhim Zahawi, ancien secrétaire d'État à l'Éducation, a remplacé M. Sunak au poste de ministre des Finances. Photo : AFP/VNA/CVN
Bien que le Premier ministre britannique ait récemment survécu à une motion de censure au sein de son propre parti, déclenchée suite au scandale du  "Partygate", au cours duquel lui-même ainsi que des employés de son gouvernement ont été vus en train de se divertir lors de soirées alcoolisées organisées dans sa résidence officielle de Downing Street, alors que le pays était confiné depuis deux ans du fait de l'épidémie de COVID-19.

Les législateurs ayant voté en faveur de la censure se sont tout de même élevés à plus de 40%.

Le mois dernier, le Parti conservateur a perdu deux sièges cruciaux à la Chambre des communes lors d'élections anticipées.

Xinhua/VNA/CVN