Les mouvements patriotiques immortels chez les anciens étudiants vietnamiens en Belgique
01/05/2022 20:16
Pour les anciens intellectuels vietnamiens en Belgique, les activités patriotiques durant leur vie estudiantine sont toujours restées immortelles dans leur cœur. C’est leur fierté depuis une cinquantaine d’années.

>>Le 77e anniversaire de la fondation de l'Armée populaire du Vietnam célébré en Ukraine
>>Hommage aux anciens experts militaires ayant assisté le Vietnam pendant la lutte pour l’indépendance

Dô Tân Si (1er gauche), Nguyên Ba Cuong (2e gauche) et deux anciens étudiants vietnamiens patriotiques en Belgique dans la "Maison" de l’Association des Vietnamiens en Belgique, 49 rue Emile Banning à Bruxelles.                                                                                                    Photo : VNA/CVN


Des affiches, des photos et des articles coupés des journaux belges illustrant les mouvements patriotiques des étudiants vietnamiens de l’époque, tous sont datés des années 1970 et aujourd’hui, devenus des archives précieuses de l’Association des Vietnamiens en Belgique (AVB).

Chaque année, à l'occasion de l'anniversaire de la libération totale du Sud et de la réunification du pays, le 30 avril, des intellectuels vietnamiens en Belgique se réunissent dans une petite salle au 49 rue Emile Banning à Bruxelles.  Cette adresse était autrefois le siège de l’Association des étudiants vietnamiens en Belgique, puis la "Maison" de l'AVB.

Âgés actuellement de plus 70 ans jusqu'à 80 ans, ces intellectuels gardent toujours l'habitude de se retrouver à cette occasion pour revoir les beaux souvenirs  durant leur jeunesse pour protester contre la guerre au Vietnam.

Feuilletant des articles parus dans des journaux belges jaunis au fil du temps mais toujours conservés avec beaucoup de soins, Dô Tân Si rappelle l’époque historique avec émotion. Cet octogénaire, Docteur en physique, était l’un des leadeurs du mouvement estudiantin patriotique vietnamien en Belgique depuis 1966 et ancien président de l'AVB.

"Le journal Le Monde soutient la lutte du peuple vietnamien et publie tous les jours des articles sur ce sujet donc nous sommes au courant de la situation. Et nous sommes aussi passionnants. Nous organisons à cette époque une série d’activités patriotiques envers le Vietnam dans des universités belges à Bruxelles, Mons… pour faire écho dans le monde d’étudiants en Belgique et apporter notre voix à la lutte pour la bonne cause au Vietnam", raconte Dô Tân Si, avec émotions et beaucoup de fiertés.

Ce jour-là, dans cette salle située au rez-de-chaussée au numéro 49, rue Emile Banning, M. Si et ses amis travaillaient assidûment à imprimer en sérigraphie des affiches présentant des activités culturelles et artistiques menées par des étudiants vietnamiens dans des villes belges telles que Mons, Charleroi, Liège, Bruxelles, pour collecter des fonds en faveur des victimes de la guerre au Vietnam.

Pour amplifier les activités anti-guerre au Vietnam et faire face aux persécutions de l’ambassade du Sud du Vietnam en Belgique, les petits mouvements des étudiants patriotiques vietnamiens dans les provinces belges se regroupent  en Comité pour la protection des droits des étudiants vietnamiens en Belgique. Cette nouvelle unité a encouragé les mouvements d’étudiants patriotiques en France et en Allemagne.

Grève de la faim, le paroxysme de la lutte

La lutte des étudiants vietnamiens patriotiques en Belgique a atteint son paroxysme lorsqu'un groupe d'étudiants vietnamiens de l'Université Libre de Bruxelles (ULB) a entamé une grève de la faim pour protester contre la persécution menée par l'ambassade du Sud du Vietnam. De nombreux grands journaux belges de l'époque ont simultanément fait la une de cet "affrontement". Ce qui a obligé l'ambassade du Sud du Vietnam de faire la désescalade.

Dô Tân Si ne cache pas la joie en rappelant la journée du 30 avril 1975. "Le matin du 30 avril 1975, après avoir reçu un appel téléphonique de Madame Nguyên Thi Binh de Paris, moi et trois autres étudiants vietnamiens bien s’habillés, nous venons au siège de l’ambassade du Sud du Vietnam demander au personnel de conserver la propriété pour la rendre à la Révolution. Une atmosphère respectueuse là-bas et nous nous sentons très fiers", raconte M. Si en souriant.

"Quant aux autres, nous avons préparé une soirée de chant et de danse à la Polytechnique de Mons le soir du 30 avril pour soutenir les victimes de la guerre au Vietnam. Alors, cet événement devient une soirée de célébration de la victoire de la guerre au Vietnam. Combien nous sommes heureux", poursuit-il.

En tant que l'un des étudiants participant à la grève de la faim à cette époque, Nguyên Ba Cuong, 72 ans, ancien étudiant en mathématiques à l'ULB, a également rappelé sa jeunesse vibrante.

Né et élevé à Saigon, puis avoir étudié en France et en Belgique, M. Cuong a déclaré qu'au début, il ne comprenait pas complètement la guerre au Vietnam et pensait que les Viêt Công avaient tort.

"Un jour, j’ai participé à un grand meeting à Bruxelles où Nguyên Thi Binh, qui a signé l’Accord de Paris en 1973, a fait un discours, je me sens éveillé. Tout est devenu clair dans mes vues, confie cet ancien directeur en informatique de l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles. C’est un juste combat du peuple vietnamien. Les impérialistes américains sont des agresseurs. Plus je rejoigne le mouvement estudiantin, plus j'élargis mes connaissances et je suis déterminée à participer au mouvement à côté d’autres étudiants vietnamiens", confie-t-il. 

Depuis Nguyên Ba Cuong est actif dans les activités patriotiques. Plus d'un demi-siècle vivant et travaillant en Belgique, Nguyên Ba Cuong a déclaré que la communauté vietnamienne est pacifique. Chaque personne a ses propres perceptions et opinions politiques, mais il est important de se respecter, tout pour une conciliation nationale. Ce contribue au développement du Vietnam.

Les anciens élèves patriotes vietnamiens en Belgique sont désormais partis en retraite. En tant que des membres de l’AVB, ils participent activement aux activités significatives envers leur pays natal. Ils organisent souvent de nombreux événements en faveur des générations futures de Vietnamiens en Belgique pour qu’ils puissent mieux comprendre l'histoire de la nation. 
 
VNA/CVN