Les sciences fondamentales : levier du développement
06/08/2022 08:01
2022 est l’Année internationale des sciences fondamentales pour le développement durable. Afin de les promouvoir, le Vietnam a donné une impulsion à quatre domaines clés et créé un Fonds de soutien aux travaux de recherche. De nombreux colloques et rencontres ont également été organisés.
>>Faire de Quy Nhon une technopole
>>Rendez-vous à Quy Nhon pour aviver la flamme scientifique
>>"C’est dans la poussière que vous trouverez des diamants"


Dans un laboratoire du Département de virologie de l’Institut national d’hygiène et d’épidémiologie. Photo : VNA/CVN

Les sciences fondamentales occupent une place essentielle dans nos vies. Elles permettent de disposer des moyens et des outils indispensables pour relever les défis socio-économiques et environnementaux auxquels fait face la planète : changement climatique, appauvrissement des ressources en eau, perte de biodiversité, phénomènes météorologiques extrêmes, désoxygénation de l’océan…

Le monde scientifique vietnamien vient de passer le mois de juillet très chargé avec une série de colloques thématiques et de rencontres dans le cadre des "Rencontres du Vietnam", marquées cette année par la venue du Prix Nobel de physique 2016, Duncan Haldane. Ces événements s’inscrivent dans le cadre de l’Année internationale des sciences fondamentales pour le développement durable 2022, proclamée le 2 décembre 2021 par l’Assemblée générale des Nations unies, avec une kyrielle d’événements tenus dans le monde entier jusqu’au 30 juin 2023.

Le 8 juillet 2022, a eu lieu à Paris la cérémonie d’ouverture de l’Année internationale des sciences fondamentales pour le développement durable. Présent, le ministre vietnamien des Sciences et des Technologies, Huynh Thành Dat, a souligné l’importance de repenser la gestion des sciences et technologies, d’encourager l’expérimentation, d’accepter les risques et échecs, et de promouvoir l’esprit de découverte et d’innovation.

Le ministre a également proposé la formation de plates-formes de partage d’informations sur les brevets, les données, les publications et recherches scientifiques pour aider les pays sous-développés à suivre la tendance de développement des sciences et technologies du monde. Il a mis l’accent sur l’équilibre entre la croissance économique et la sécurité des populations. "Il est nécessaire de mettre les êtres humains au centre de toutes les politiques de développement", a-t-il indiqué.
 
Quatre domaines ambitieux

D’après le Pr.-Dr. Ngô Viêt Trung, de l’Institut des mathématiques, relevant de l’Académie vietnamienne des sciences et des technologies (VAST), un certain nombre de sciences fondamentales du Vietnam ont atteint un niveau international telles que les mathématiques, la physique, la chimie, la science des matériaux..., permettant au pays de poursuivre son développement.

Un ouvrage de recherche mené par un groupe d'étudiants de l'Université de la ville de Dà Nang (Centre). Photo : VNA/CVN

Conscient de l’importance des sciences fondamentales pour le développement durable, le gouvernement vietnamien a approuvé un programme favorisant leur essor dans quatre domaines que sont la chimie, les sciences de la vie, de la terre et de la mer pour la période 2017-2025. Les recherches sont orientées vers l’acquisition et la maîtrise des technologies de pointe dans chaque domaine pour servir le développement socio-économique et contribuer à la défense et à la sécurité nationales. En particulier, en 2025, chacun des quatre secteurs cités devra créer 15 à 20 groupes de recherche.

Le pays se concentre également sur la formation de scientifiques qualifiés, avec le développement des établissements universitaires pour avoir, dans le futur, des universités de recherche de haute qualité. Le Vietnam ambitionne de grands progrès et vise l’amélioration de son rang scientifique dans la région comme dans le monde. En 2025, certains domaines devront être classés 3e ou 4e au sein de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). Le pays augmentera le nombre de travaux scientifiques publiés dans des revues internationales prestigieuses de 20 à 25% et de 10 à 15% rien que pour les sciences marines.

Un Fonds de soutien aux scientifiques

Ces dix dernières années, le ministère des Sciences et des Technologies a accordé une grande attention à la recherche fondamentale en y investissant massivement. Pour honorer les scientifiques ayant obtenu des réalisations exceptionnelles dans ce domaine, il a mis en œuvre son programme de financement des travaux de recherche via le Fonds national pour le développement des sciences et des technologies (NAFOSTED), et notamment le Prix Ta Quang Buu, du nom du célèbre scientifique vietnamien (1910-1986).
 
Les orientations de NAFOSTED sont de développer les ressources humaines hautement qualifiées, de former des groupes de chercheurs puissants, d’améliorer la qualité et l’efficacité des travaux de recherche du pays. Mis en œuvre depuis 2008, ce Fonds a parrainé plus de 15.000 scientifiques (y compris des rotations) travaillant sur plus de 3.500 missions de recherche fondamentale, permettant à plus de 3.500 Docteurs d’avoir des publications scientifiques internationales.

Remise du Prix Ta Quang Buu 2022 à deux scientifiques vietnamiens : la Pr. associée-Dr. Nguyên Thi Lê Thu et le Pr.-Dr. Ngô Viêt Trung (2e à droite).
Photo : VNA/CVN

NAFOSTED est en charge du Prix Ta Quang Buu, une remise annuelle depuis 2014 pour honorer les auteurs de travaux sur la recherche fondamentale qui ont été réalisés au Vietnam et publiés dans de prestigieuses revues scientifiques internationales. Après huit éditions, 20 scientifiques se sont vu décerner ce prix.

"Le Prix Ta Quang Buu a énormément encouragé les scientifiques vietnamiens, surtout dans le contexte où ils doivent travailler dans des conditions de recherche limitées. Les femmes scientifiques comme moi, notamment les jeunes, sont très motivées pour poursuivre leur passion", a estimé la Pr. associée-Dr. Nguyên Thi Lê Thu, titulaire de ce prix en 2022.

Comme l’a souligné l’Assemblée générale des Nations unies : le monde a besoin de plus de sciences fondamentales pour atteindre l’Agenda 2030 et ses 17 Objectifs de développement durable (ODD). Le Vietnam, lui aussi, en a besoin pour s’assurer  un avenir pérenne.


Une résolution déposée par quatre pays, dont le Vietnam
 
L’Année internationale des sciences fondamentales pour le développement durable 2022 a d’abord été validée par le Conseil du Programme international des sciences fondamentales de l’UNESCO, l’unique conseil scientifique international au sein des Nations unies qui rassemble 30 experts et expertes de par le monde. En novembre 2019, une résolution y a été déposée par les représentants de la Jordanie, du Nigeria, de la Russie et du Vietnam, avec l’appui d’une dizaine d’autres pays.

Portée ensuite auprès de l’ONU par l’ambassadeur du Honduras avec le soutien de nombreux États, elle est aujourd’hui soutenue par plus d’une centaine d’organismes - dont le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), une institution de recherche parmi les plus importantes au monde -, de réseaux scientifiques et sociétés savantes, plus de 50 unions et organisations internationales, et un Haut comité de parrainage international comprenant 30 prix Nobel et médailles Fields (la plus prestigieuse récompense en mathématiques, équivalente à un prix Nobel inexistant pour cette discipline), dont Françoise Barré-Sinoussi, Claude Cohen-Tannoudji, Jean-Marie Lehn ou encore Ngô Bảo Châu, le mathématicien franco-vietnamien médaillé Fields en 2010 pour sa démonstration du "lemme fondamental". CNRS/CVN
 

Linh Thao/CVN