L'humain, clé de la réussite
08/01/2022 10:50
La transformation digitale exigera des innovations technologiques. Néanmoins, il ne faudrait pas oublier la main-d’œuvre, et donc l’humain, dans ce processus de modernisation. Avis de deux chefs d’entreprise et d’un universitaire.

>>La transformation numérique, une tendance inévitable
>>Les ressources humaines au cœur de la transformation digitale
>>Viettel se veut leader dans l’e-transformation

Trinh Lan Phuong, directrice générale de la chaîne de magasins de produits pour mères et enfants Bibomart 

Étant l’un des pionniers de la transition digitale, nous sommes plei-nement conscients des changements systémiques que cela entraîne pour toute organisation, y compris dans la formation et l’organisation de la main-d’œuvre. Aujourd’hui, tout se réalise de manière rationnelle et l’utilisation des ressources humaines est parfaitement optimisée. Les activités au sein de la chaîne d’approvisionnement de nos magasins sont toujours garanties, même pendant les périodes de pointe, la pandémie, les vacances et le Têt traditionnel. D’ailleurs, lors de la 4e vague d’épidémie de COVID-19, il n’y a quasiment pas eu de pénurie de marchandises.

Je dis souvent à nos employés que la transition digitale nous aide à changer de mode de travail. Sans l’intervention humaine, la chaîne est toujours capable de fonctionner correctement. De cette manière, nous sommes davantage focalisés et réactifs sur la question de l’innovation et de l’accès à de nouveaux marchés.

De tout ceci, nous avons tiré deux enseignements essentiels. D’abord, nous devons assurer un flux d’informations précis, des processus clairs et un lien complet entre les bureaux dans un système homogène. Ensuite, il est nécessaire de créer une base de données stable à combiner avec le processus et le flux d’informations, pour édifier un système capable de stocker et fonctionner de manière autonome. Lors de cette période, la réduction de l’intervention humaine est une bonne solution. Cependant, pour garantir le succès de la transformation digitale, les entreprises doivent s’assurer que les demandes des clients ne soient pas affectées. C’est ici que l’on voit l’importance des ressources humaines.

Pour moi, la maîtrise par l’entreprise des freins au changement, notamment de la part des employés, est un facteur clé qui amènera ou non au succès de la transition numérique de chaque entreprise. Cependant, il ne faut pas oublier que la technologie est aussi créée par l’homme, à son service. Si la transition digitale s’écarte du facteur humain, ce sera comme "vivre dans les nuages".

Nguyên Van Khoa, directeur général du groupe FPT

Le groupe FPT, la plus grande société technologique au Vietnam, participe activement au Pro-gramme national de transformation numérique d’ici à 2025. L’épidémie de COVID-19 a créé un grand besoin de transformation digitale pour les organisations et entreprises. Nous saisissons rapidement cette opportunité et élevons notre position à l’échelle mondiale. Notre chiffre d’affaires a maintenu en 2020 une croissance à deux chiffres. 

De nombreux services de transition numérique de FPT ont été reconnus comme de classe mondiale. AkaBot, par exemple, solution d’automatisation du processus d’entreprise, a été honorée dans le Top 6 des solutions RPA du monde. Dans le pays, FPT joue aussi un rôle de consultant sur la transition digitale de nombreuses entreprises leaders dans les domaines de l’aquaculture, du tourisme, des télécommunications, de l’industrie, de l’immobilier…

Ces résultats ont été obtenus grâce à notre détermination à mettre en œuvre rapidement et efficacement la modernisation de toutes nos activités afin de nous adapter aux aléas de l’économie et saisir de nouvelles opportunités.

Dans le même temps, le groupe comprend les nouveaux besoins des clients mondiaux. En termes de la main-d’œuvre, il doit renforcer les liens internes pour intensifier les ventes croisées, donner de nouveaux paquets de solutions globales en vue de répondre aux demandes des clientèles, utiliser en commun les ressources humaines, et être le moins possible dépendant de l’extérieur.

La transformation digitale est une tendance inévitable.
Photo : VNA/CVN

Dans ce processus de transformation inéluctable, les entreprises doivent surmonter plusieurs obstacles. Parmi ceux-ci figurent l’ancienne manière de travailler et la peur du changement. L’actuelle modernisation n’est rien de moins qu’un changement profond de mentalité. Sur ce point, FPT aide ses clients à changer leurs pensées et habitudes de travail dans l’environnement numérique. Nous prouvons aux employés des entreprises qu’il n’y a pas lieu d’avoir peur de perdre son emploi. Au contraire, cette modernisation doit être vue comme un outil pour améliorer davantage encore leur productivité et augmenter in fine leurs revenus.

Le Pr. Associé-Dr. Nguyên Dang Minh, scientifique et enseignant à l’Université d’économie, relevant de l’Université nationale de Hanoï

Les entreprises qui souhaitent exporter des produits à l’étranger doivent d’abord former des ressources humaines de haute qualité. Ils participeront au processus d’innovation technologique, de transformation de stratégie de développement et d’application des technologies de l’information afin d’améliorer la productivité et la qualité. Pour réussir la transition numérique, les entreprises doivent mettre l’accent sur la formation de véritables ressources humaines de qualité et non se baser uniquement sur les diplômes.

Ce modèle de transformation est appelé la transition digitale "Made in Vietnam". À mon avis, il est nécessaire aujourd’hui d’intégrer les formations administratives et techniques ensemble. C’est une condition préalable à la réussite de la transition digitale dans les entreprises et organisations vietnamiennes.

Toutefois, l’homme n’est pas une machine. La société doit maintenir de bonnes valeurs humaines. Les gens doivent être d’abord connectés entre eux avant de l’être avec des robots et machines. En ce sens, l’intelligence humaine doit être valorisée en premier. L’intelligence artificielle ne doit arriver qu’en seconde position de ce processus. Il ne faudrait pas que le développement des technologies ait comme conséquence une perte de créativité et des liens humains.

Les entreprises doivent ainsi trouver le bon équilibre : créer des processus rationnels au service d’une élévation des valeurs spirituelles et matérielles. C’est le véritable but de la 4e révolution industrielle et de la transformation digitale.
 
Mai Huong/CVN