L’Iran appelle à traiter les tensions avec les États-Unis par la diplomatie
26/08/2019 18:14
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a exprimé dimanche 25 août la détermination de son pays à régler ses différends avec les États-Unis par des moyens diplomatiques.

>>Merkel appelle à une solution politique au différend Iran - États-Unis
>>L'Iran a commis une "grosse erreur" en abattant un drone américain, selon Donald Trump
>>Les États-Unis prennent de nouvelles sanctions contre l'Iran

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif.
Photo: IRNA/VNA/CVN

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a effectué dans la journée une visite surprise à Biarritz (Sud-Ouest de la France), où se tient le 45e Sommet du G7. "La diplomatie active de l'Iran en quête d'un engagement constructif se poursuit", a-t-il tweeté à l'issue de rencontres avec le président français Emmanuel Macron et les ministres Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères) et Bruno Le Maire (Économie) pour discuter des moyens de désamorcer les tensions entre Téhéran et Washington. "Le chemin est difficile, mais ça vaut la peine d'essayer", a-t-il ajouté.

"Il y a eu une discussion importante (samedi 24 août) entre les dirigeants du G7 et il est important d'en tenir Zarif informé afin de continuer à combler le fossé (...) sur les conditions avec lesquelles nous pourrions désamorcer les tensions et créer un espace de respiration pour les négociations", a déclaré M. Le Drian, alors qu'aucun détail n'a été communiqué pour l'heure sur ces entretiens.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi, avait confirmé que M. Zarif s'était rendu à Biarritz à l'invitation officielle de son homologue français, tout en soulignant qu'"aucune réunion ou négociation n'aura lieu avec la délégation américaine" à cette occasion. M. Macron a également déclaré dimanche que "tout le monde veut éviter un conflit et le président américain Donald Trump a été extrêmement clair sur ce point".

Après son entretien avec M. Macron à Paris vendredi 23 août, M. Zarif avait indiqué que la France avait formulé des propositions sur les moyens de mettre en œuvre l'accord sur le programme nucléaire iranien, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPoA). L'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Chine) ainsi que l'Allemagne ont signé cet accord le 14 juillet 2015 à Vienne.

Or, M. Trump a retiré son pays de cet accord en mai 2018 et réimposé des sanctions contre l'Iran. En réponse, Téhéran a récemment décidé de se soustraire d'une partie de ses obligations en vertu de l'accord et menacé d'en faire davantage si les tensions se poursuivent.

Xinhua/VNA/CVN