M&A dans la fintech : les "aigles" commencent à déployer leurs ailes
31/12/2021 18:03
La technologie financière (fintech) devient un domaine "très chaud" sur le marché des fusions-acquisitions (M&A).

>>Le Vietnam en tête du classement des fintech sur Tellimer
>>Les financements des fintechs s’accélèrent au Vietnam


Lors de la cérémonie d'annonce de la levée de fonds réussie de la série D au début de 2021 du portefeuille électronique MoMo d'une valeur de 100 millions d’USD, Nguyên Ba Diêp, co-fondateur et vice-président de MoMo a déclaré : "Au lieu d'un simple coq, nous voulons être un aigle fier avec notre propre territoire. L'État invite de nombreux aigles internationaux à nicher, alors pourquoi ne pas devenir un aigle vietnamien avec le soutien de l'État".

Jusqu'à présent, MoMo a réussi à lever 233 millions d’USD, devenant le deuxième plus grand portefeuille électronique au Vietnam, après VNPay.

Un concurrent de poids est VNLife (qui possède un portefeuille VNPay). À la mi-2021, VNLife a annoncé avoir levé plus de 250 millions d’USD dans un tour de table de série B.

MoMo et VNPay sont assimilés à des "aigles de la fintech" en 2021, réussissant à lever un total de 350 millions d’USD. Selon le rapport récemment publié de l'UOB, de PwC Singapore et de la Singapore Fintech Association, avec un financement réussi de 388 millions d’USD, le Vietnam se classe au troisième rang des financements fintech en Asie du Sud-Est.

La fintech est devenue un canal incontournable pour attirer des capitaux en 2021, avec un record de 388 millions d’USD. La montée de MoMo-VNPay a alarmé les concurrents étrangers, faisant du Vietnam l'un des marchés fintech les plus compétitifs d'Asie.

L'un des principaux moteurs de cette situation est la pandémie qui a stimulé l'adoption du numérique dans l'ASEAN, entraînant les paiements numériques et passant aux canaux numériques dans le secteur des services financiers, a déclaré Shadab Taiyabi, président de la Singapore Fintech Association.

La montée de MoMo-VNPay a alarmé les concurrents étrangers, faisant du Vietnam l'un des marchés fintech les plus compétitifs d'Asie.
Photo : BKH/CVN

Une forte différenciation prévue 

La fintech au Vietnam se développe fortement, avec un nombre de start-up dans ce domaine   augmentant de plus de 207% sur la période 2016-2020, passant de 40 entreprises en 2016 à 123 en 2020. Les services de paiement sont toujours le segment dominant avec 31% des entreprises créées.

Selon Trân Viêt Vinh, Pdg de Fiin Credit, la fintech est toujours très attrayante pour les investisseurs internationaux. De nombreux portefeuilles électroniques et intermédiaires de paiement sont sur le point de "brûler de l'argent pour gagner des parts de marché", il est donc probable que de grosses transactions éclatent dans un proche avenir.

"Le domaine des intermédiaires de paiement et des portefeuilles électroniques au Vietnam à ce stade est considéré comme très potentiel et attire de nombreux investisseurs étrangers. La participation d'investisseurs étrangers aide les organisations vietnamiennes dans ce domaine à disposer de plus de ressources financières, mais crée également une pression concurrentielle pour les organisations fournissant des services de paiement intermédiaires dans le pays", a souligné Nguyên Quôc Hung, secrétaire général de l'Association des banques.

Avec d'importants afflux de capitaux de l'étranger, il est probable que le marché national de la fintech aura une division. Cela signifie qu'en 2022 et les années suivantes apparaîtront davantage d'opérations de M&A ou que les capitaux continueront d’affluer.

Takahiro Suzuki, associé directeur de Genesia Ventures, prédit que le marché de la fintech sera hautement concurrentiel, différencié et éventuellement fusionné en deux-trois entreprises.

Selon le rapport ''Révolution des paiements : Orientation 2025 et vision future" de PwC Vietnam, avec plus de 40 fournisseurs de portefeuilles électroniques, le marché vietnamien est comme une "chemise serrée". Les trois principaux portefeuilles électroniques, dont Momo, Moca et ZaloPay, représentent 90% des parts de marché, il n'y a donc pas trop de "terrain" pour les autres fournisseurs.

"Pourtant, les grands portefeuilles électroniques sont également confrontés à des difficultés car ils ne sont pas en mesure de promouvoir leur avantage concurrentiel par rapport aux applications développées par les banques traditionnelles, qui ont déjà rattrapé les fonctions des portefeuilles électroniques. La nécessité d'acquérir un avantage concurrentiel à l'avenir pourrait pousser les fournisseurs de portefeuilles électroniques à fusionner avec quelques super applications régionales et locales de premier plan pour dominer le marché", a déclaré le rapport de PwC.

Alors que le gouvernement vient de publier la Résolution N°100 du gouvernement approuvant la proposition d'élaborer un décret sur un mécanisme d'essai contrôlé pour les activités fintech dans le secteur bancaire, les entreprises fintech s'attendent à ce que le cadre juridique   sera progressivement complété, créant les conditions pour l'entrée des investisseurs étrangers, créant une nouvelle force motrice pour le développement du marché. Par conséquent, 2022 devrait continuer d'être l'année du boom des M&A avec de nombreuses nouveaux "aigles" apparaissant dans le ciel de la fintech.

CPV/VNA/CVN