Mondiaux de cyclisme : Alaphilippe promet une course offensive
25/09/2021 16:01
On ne va pas se contenter de faire une course d'attente, a promis le tenant du titre, Julian Alaphilippe, avant le Mondial 2021 programmé dimanche 26 septembre entre Anvers et Louvain (Belgique).

>>Cyclisme : les Mondiaux 2025 au Rwanda, une première en Afrique
>>Cyclisme : l'Allemagne championne du monde du relais mixte contre-la-montre
>>Mondiaux de cyclisme : van Dijk gagne le chrono dames huit ans après

Le champion du monde Julian Alaphilippe lors d'une échappée sur le Tour de France vers Malaucène, le 7 juillet. Photo : AFP/VNA/CVN

"On a la motivation pour essayer de revivre ce qu'on a vécu l'an dernier à Imola (Italie) mais il n'y a rien à comparer, c'est une autre course", a déclaré Alaphilippe, vendredi 24 septembre, à deux jours du rendez-vous.

"On s'attend à une course difficile. Il n'y a pas une bosse de plusieurs kilomètres avec des pourcentages terribles mais je pense que c'est très, très dur", a estimé le Français. "Le parcours est très difficile, c'est une course qui va demander beaucoup d'énergie pour le placement, pour rester concentré tout au long de la journée, cela risque de faire la différence dans le final".

"Tout le monde sait que van Aert est en très grande forme mais il y a plein d'autres coureurs capables de gagner. On n'est pas focalisé sur Wout van Aert ou sur la Belgique", a assuré le coureur le plus populaire du peloton français.

"D'autres nations auront la même idée que nous, de courir différemment. On ne va pas se contenter de faire une course d'attente", a ajouté Alaphilippe. "Je ne vais pas nier que c'est un des objectifs majeurs de ma fin de saison mais on a un collectif motivé pour aller chercher le meilleur résultat possible. Tout ne repose pas sur moi, c'est sûr".

"Beaucoup de choses ont changé par rapport à l'an dernier", a poursuivi le champion du monde 2020 qui est revenu sur l'année écoulée: "J'avais forcément un peu moins de liberté, j'avais une forme de pression que je me mettais pour faire briller le maillot, pour essayer de l'honorer du mieux que je pouvais. Cela n'a pas été toujours évident mais je n'ai aucun regret. Je suis fier et heureux d'avoir porté le maillot et de l'avoir fait briller de cette manière".

Alaphilippe a estimé être monté en puissance ces dernières semaines : "L'an dernier je m'étais focalisé pou me servir du Tour en tant que préparation. Là, c'est une approche différente. Le championnat est beaucoup plus loin du Tour de France, j'ai fait une préparation complètement différente mais je me suis fait énormément plaisir ces dernières semaines à l'entraînement et sur les dernières courses".

"Je me sens vraiment de mieux en mieux, je sais que je serai là, j'ai travaillé dur pour être là", a assuré le Français, qui figure logiquement parmi les favoris de la course.

Pour sa part, le sélectionneur Thomas Voeckler a relevé : "Julian ne vient pas pour défendre son titre, il remet son titre en jeu et, pour moi, la nuance est de taille".

"C'est une course très difficilement lisible, on n'est pas du tout dans la configuration de l'an dernier", a ajouté l'ancien maillot jaune du Tour. "C'est beaucoup plus aléatoire. Le champion du monde sera un costaud mais on peut avoir des surprises".
 
AFP/VNA/CVN