Pédaler de l’Europe à l’Asie pour financer les enfants défavorisés
22/05/2020 17:03
Après un parcours de plus de 16.000km à travers 18 pays depuis la France, le couple mixte franco-vietnamien, Thibault et Khanh Nguyên a terminé son périple de 13 mois à Hô Chi Minh-Ville, en remettant 17.315 USD de fonds collecté lors de son voyage à l’Association poussières de vie.

>>«Marche vers l'avenir», une course philanthropique en faveur des enfants défavorisés
>>Marche philanthropique Lawrence S.Ting à Hô Chi Minh-Ville

Thibault et Khanh Nguyên racontent leur voyage aux médias. 

Thibault et Khanh Nguyên, âgés de 31 ans et 27 ans, étaient présents le 21 mai dans la matinée à la Résidence française avec leurs vélos baptisés "Tank" et "Monstre" qui les accompagnent depuis le 16 avril 2019 jusqu’au moment où ils se sont arrêtés à la mégapole du Sud.

L’idée de parcourir l’Europe et l’Asie leur est venue il y a trois ans. En 2015, Thibault commence à travailler en tant que photographe pour l’Association "Poussières de vie". Sur place, il a témoigné des réalisations significatives que l’organisation a pu obtenir pour venir en aide à plus de 20.000 enfants et jeunes défavorisés. Ces derniers bénéficient de soutiens et d’aides dans leur parcours professionnel depuis sa création au Vietnam en 2020. En 2016, Thibault et Khanh Nguyên parviennent même à octroyer des bourses d’études à trois jeunes filles de "Poussières de vie".

L’histoire se poursuit à la suite de leur mariage. Le couple décide de collecter des fonds pour Poussières de vie pour que les enfants défavorisés ou en difficulté puissent être scolarisés et formés puis trouver un emploi stable. C’est alors que le projet "Non la" (chapeau conique vietnamien) voit le jour : pédaler de la France au Vietnam.

Thibault (3e à droite) remet le fond d’aide collecté à la suite du projet "Non la" à Christian Routin, représentant de "Poussières de vie", en présence du consul général de France, Vincent Floreani. 

Depuis la France, en passant par la Suisse, l’Iran, l’Azerbaïdjan, mais aussi l’Inde et la Thaïlande entre autres, Thibault et Khanh Nguyên ont vécu des expériences exceptionnelles en souffrant parfois de chocs climatiques, culturels, culinaires ainsi que de problèmes liés à la barrière de la langue, "pourtant, nous avons reçu beaucoup de soutien de la part de la communauté locale, et nous sommes parvenus à nos fins", a raconté Thibault. Selon lui, il est important de s’adapter à des environnements différents. Il partage son bonheur d’être de retour, sain et sauf à la fin de leur voyage. "Dans l’avenir, nous comptons écrire un livre pour raconter notre voyage en français et en vietnamien, et créer notre propre entreprise au Vietnam", a-t-il ajouté.

Un voyage de solidarité

Lors de la rencontre avec les médias, le consul général de France au Vietnam, Vincent Floreani, a qualifié leur parcours d’un voyage de solidarité et de courage et a fait les louanges de la belle amitié entre "Poussières de vie" et ce couple qui a servi une bonne cause en faveur des jeunes vietnamiens en difficulté.

Christian Routin, représentant de "Poussières de vie", a, pour sa part, salué le projet "Non la" du jeune couple en rappelant la poursuite des valeurs de Poussières de vie que sont "aimer, apprendre et vivre" afin de venir en aide aux enfants de rue à travers bon nombre de projets communautaires dont la formation professionnelle et la création d’espaces sains et sereins.

Il est à savoir que ces dernières années, "Poussières de vie" a également organisé plusieurs centaines d’événements culturels et établi une dizaine de projets dont notamment PointBAFA, visant à aider les enfants des centres d’orphelinat à se développer à travers les jeux, la musique et la lecture; Centre PointSport, qui vise à créer des activités sportives à destination des enfants de rue et PointCom, qui a pour mission d’enseigner le français et l’anglais, le dessin, et la couture aux enfants.

Texte et photos : Truong Giang/CVN