Pour rendre les entreprises publiques plus performantes
21/05/2022 08:40
Le projet “Restructuration des entreprises publiques, avec l’accent mis sur les groupes économiques et les compagnies générales dans la période 2021-2025“ a pour objectif de consolider leur position à l’heure de l’actionnarisation.

>>Nécessité d’accélérer l'actionnarisation des entreprises publiques
>>Truong Hoà Binh souligne l'accélération de l’actionnarisation des entreprises étatiques
>>L’actionnarisation des en treprises publiques n’a pas atteint le rythme fixé

Elaboré par le ministère des Finances et adopté par le vice-Premier ministre Lê Minh Khai le 17 mars dernier, le projet “Restructuration des entreprises publiques, avec l’accent mis sur les groupes économiques et les compagnies générales publics dans la période 2021-2025”, est appelé à créer une dynamique pour améliorer l’efficacité du secteur public et contribuer largement à la reprise et à la croissance économique.
 
La restructuration des entreprises étatiques en mauvaise santé est impérative.
Photo : VNA/CVN

Lors d’une récente réunion avec les entreprises étatiques, le chef du gouvernement Pham Minh Chinh a souligné l’importance du perfectionnement des institutions, mécanismes et politiques de sorte que le secteur économique public puisse jouer un rôle de premier plan. “Les entreprises publiques sont le noyau du tissu économique et leur efficacité opérationnelle s’améliore de plus en plus. Il est aujourd’hui nécessaire de se concentrer sur la restructuration des sociétés faibles et déficitaires, de maintenir, consolider et développer celles qui sont efficaces, les groupes et compagnies générales ayant de bonnes réputations. Il faut éviter de penser que leur restructuration doit passer nécessairement par leur actionnarisation”, a-t-il partagé.

Une actionnarisation plus lente que prévue 

Le Premier ministre a également insisté sur la nécessité d’accélérer la réforme administrative pour éviter tout gaspillage et favoriser la restructuration des entreprises, d’améliorer la qualité de leur gouvernance, d’optimiser leurs ressources, de gérer strictement les capitaux et les actifs de l’État et de l’entreprise conformément à la loi... Parallèlement, il a demandé à ce que soit donnée une plus grande autonomie aux entreprises tout en renforçant la direction du Parti permettant de mettre en œuvre efficacement la supervision et le contrôle.

Bien que des politiques appropriées aient été mises en place, le processus d’actionnarisation et de retrait des capitaux de l’État progresse toujours à un rythme très lent. Selon Dang Quyêt Tiên, directeur du Département des finances des entreprises relevant du ministère des Finances, seules trois entreprises relevant de la Compagnie générale des vivres du Nord et du Groupe national des industries du charbon et des minerais du Vietnam ont été actionnarisées avec succès en 2021. Ces trois compagnies ne figuraient pas sur la liste des sociétés devant être actionnarisées approuvée par le Premier ministre. Entre-temps, 89 autres n’ont pas encore terminé leur actionnarisation comme prévu, dont 13 sont des entreprises de grande envergure basées à Hanoï et 38 à Hô Chi Minh-Ville.

D’après Dang Quyêt Tiên, la réduction de la propriété de l’État nécessite la vente des entreprises d’État sur les marchés financiers. Comme l’épidémie de
COVID-19 a affecté négative-ment le fonctionnement de ces marchés, la vente des capitaux de l’État s’est fortement ralentie. Il a également souligné que le rythme de l’actionnarisation était propre à chaque entreprise. Il faut par exemple plus de temps aux grandes entreprises qui possèdent beaucoup de biens immobiliers pour faire évaluer leurs actifs et transférer leurs fonds propres. Ainsi, ces entreprises se capitalisent à un rythme plus lent. Certains représentants des capitaux de l’État dans les entreprises ne sont pas disposés à poursuivre le plan et font des tentatives timides d’actionnarisation et de désinvestissement.


En conséquence, le désenga-gement des capitaux de l’État n’a pas fonctionné aussi bien que prévu, a-t-il indiqué. En plus, plusieurs sociétés étaient mal préparées à ce processus. Notamment, beaucoup ont fini par avoir des documents juridiques fonciers inadéquats pour le transfert de fonds propres et ont dû refaire le travail, retardant d’autant le processus.

Réglementation sur les biens immobiliers

Le directeur du Département des finances des entreprises a également noté la faible coopération entre les représentants des capitaux de l’État et les agences gouvernementales dans la gestion des actifs publics comme une autre cause de la lenteur du retrait des capitaux.

Pour remédier à cette situation et achever les travaux comme prévu, il est conseillé au gouvernement d’être plus strict avec les représentants, les poussant à intensifier l’actionnarisation et le désinvestissement. Dang Quyêt Tiên a également apprécié l’adop-tion par le gouvernement du projet de restructuration des entreprises d’État en mettant l’accent sur les groupes économiques et les entreprises d’État pour 2021-2025. Les représentants des capitaux de l’État sont également appelés à respecter strictement la réglementation sur les biens immobiliers appartenant à l’État et à éliminer rapidement tous les arriérés pour mettre la restructuration des sociétés sur les rails.

Thê Linh/CVN