Rencontre avec l'éditeur du Petit Journal au Vietnam
03/07/2022 07:56
En cette période de célébrations des journalistes au Vietnam et à travers le monde, Guillaume Rondan, responsable de l'édition du Petit Journal au Vietnam, nous a accordé une interview sur ce site de presse en ligne et ses projets personnels.

>>En écho à L'ÉCHO
>>1993-2018: 25 bougies et des milliers de souvenirs
>>Le Courrier du Vietnam, 17 ans pleins d'allant

Pourriez-vous nous expliquer comment fonctionne le Petit Journal dans le monde et au Vietnam et quelles sont ses spécificités (abonnements, publicités…) ?

Guillaume Rondan, responsable de l’édition du "Petit Journal" au Vietnam.
Le Petit Journal est un média qui a un peu plus de 20 ans et qui a été lancé par un expatrié français qui vivait au Mexique. On compte à ce jour 72 éditions à travers le monde. L’édition vietnamienne a 8 ans, à l’adresse : https://lepetitjournal.com/ho-chi-minh.

Au Vietnam, il y a une seule édition à Hô Chi Minh-Ville qui couvre l’actualité et les informations sur l’ensemble du Vietnam. Nous souhaiterions toutefois ouvrir une deuxième édition à Hanoï et sommes en discussion avec un potentiel partenaire pour un lancement fin 2022.

Le Petit Journal est un média 100% en ligne, gratuit qui compte deux, trois ou parfois quatre articles par semaine. L’actualité y a bonne place mais on travaille aussi sur des sujets de fond et thèmes qui sont propres à la vie d’un expatrié (guides pratiques "où s’installer à Hô Chi Minh-Ville", "Dix choses à faire au Vietnam si on y voyage"…) ou d’un touriste qui découvre le pays. Il y a également une newsletter et une panoplie de réseaux sociaux qui sont utilisés essentiellement pour partager et suivre l’information.

Ensuite, côté annonceurs et publicité, on travaille avec des entreprises qui souhaitent toucher la communauté expatriée française installée au Vietnam ou bien francophone en France qui s’intéresse au Vietnam. Récemment, nous avons des agences de voyages, des entreprises de déménagement, des écoles et autres annonceurs plus nichés qui veulent toucher les Francophones qui souhaitent venir visiter le Vietnam ou qui ont pour projet de s’y expatrier. En termes de produits, nous proposons généralement des articles sponsorisés, des bannières ou mises en avant sur les newsletters. Ces leviers marketing sont les plus populaires auprès de nos annonceurs pour leur permettre de s’adresser à une nouvelle audience, développer leur visibilité et toucher de nouveaux clients, lecteurs plus ou moins réguliers du Petit Journal.

Comment sélectionnez-vous les sujets d’actualité ? Qu'en pensez-vous des plus traités au Vietnam ? 

Guillaume Rondan (gauche) et l'auteur à Hô Chi Minh-Ville.
Nous faisons une veille constante en vietnamien ou anglais sur différents supports qui intéressent la communauté française : médias, réseaux sociaux… Nous couvrons également des événements qui ont un lien avec la communauté française au Vietnam.

Concernant les sujets de fond : les guides pratiques sur n’importe quel sujet que peut se poser un expatrié ou touriste au Vietnam, nous passons plusieurs jours à "sourcer" l’information et à écrire des guides complets qui peuvent aller jusqu’à 1.500 mots sur des sujets utiles.

Par exemple, "Les dix impairs et erreurs à ne pas faire au Vietnam" ou encore "Travailler au Vietnam : le guide ultime de la recherche d’emploi pour les francophones". Nous essayons de trouver un mix entre sujets d’actualité : couvrir l’information, proposer des articles sur des sujets intemporels qui seraient toujours pertinents dans deux, trois ou cinq ans et enfin des sujets qui sont au plus proche de la communauté française : compte rendu d’événements, interviews d’entrepreneurs français expatriés au Vietnam afin de partager des histoires inspirantes et mettre la lumière sur certains d’entre eux.

Quels sont vos centres d’intérêt au Vietnam ?

Je n’ai pas 36.000 centres d’intérêt. Je fais du sport, j’adore les voyages et j’aime sillonner les pays d’Asie du Sud-Est en dehors des sentiers battus. J’aime prendre ma moto, partir dans des endroits reculés que je n’ai pas encore explorés et m’y perdre. Trouver un hôtel à la dernière minute, passer une nuit, puis rentrer, c’est un sentiment de liberté immense.

Pourriez-vous nous parler de vos projets personnels et professionnels pour 2022-2023 ?

En parallèle de mon poste de responsable du Petit Journal au Vietnam et mes activités d’e-commerce, je développe depuis trois ans une activité qui a un lien avec le Vietnam, c’est le projet qui me permettra de laisser une empreinte en Asie. Ça s’appelle Movetoasia https://movetoasia.com et j’accompagne les futurs expatriés, porteurs de projets ou entrepreneurs à venir s’installer au Vietnam pour y travailler, investir, ou pour explorer les opportunités qui y sont présentes.

On est dans une période "d’après-crise" où beaucoup vont se poser des questions sur l’avenir de l’Europe, et quelques-uns d’entre eux chercheront à s’expatrier en Asie pour gagner en qualité de vie, développer leurs carrières professionnelles ou sauter dans l’aventure entrepreneuriale.

Je pense notamment à des secteurs comme le textile, l’ameublement, le mobilier, les produits finis à base de bambou, rotin, etc.

Du côté du Petit Journal, je mets l’accent sur la partie commerciale, ce qui permet à ce journal de revivre et se développer. Un premier stagiaire nous rejoindra en septembre ce qui permettra de tester de nouveaux formats : micro-trottoir, interviews de locaux (ex : minorités ethniques), Youtube et lancer une partie événementielle, networking et rencontres physiques.
 
Propos recueillis par Hervé Fayet/CVN