Start-up vietnamiennes: les financements arrivent!
30/06/2019 10:37
Grâce aux efforts du gouvernement et des entreprises, notamment au partenariat public-privé, l’écosystème des start-up créatives du Vietnam est considéré comme l’un des plus dynamiques d’Asie du Sud-Est.

>>Une start-upper et sa marque CôcôSmile
>>La vietnamienne Abivin remporte la Startup World Cup

>>Coopération pour construire une communauté de start-up de l'ASEAN

Lors du Vietnam Venture Summit (VVS) 2019, tenu récemment à Hanoï.
Photo: Danh Lam/VNA/CVN

Le Vietnam compte actuellement 3.000 start-up et ce chiffre ne cesse de croître. Le pays figure même dans le top mondial en termes d’esprit entrepreneurial. Ces dernières années, l’innovation et la créativité ont contribué grandement à la croissance économique du pays. Selon un rapport émis par Topica Founder Institute (TFI), en 2018, 889 millions de dollars ont été versés pour financer 92 projets de start-up vietnamiens, soit le triple de 2017 (291 millions) et six fois plus qu’en 2016.

Augmentation rapide du nombre de start-up

De nombreux investisseurs étrangers se sont déclarés "impressionnés" par la vitalité de l’écosystème des start-up vietnamiennes, dont le nombre est passé de 400 en 2012 à 3.000 en 2018. Beaucoup de grands groupes vietnamiens comme FPT, Viettel, Vingroup, CenGroup… se sont même lancés avec succès dans l’investissement au capital de start-up innovantes et technologiques à fort potentiel.

Notamment, 2018 a été considérée comme une année réussie de la Fintech (technologie financière) vietnamienne. En effet, en dehors de M_Service, propriétaire du portefeuille électronique MoMo, une série de jeunes pousses de ce secteur comme OnOnpay, eLoan, Tima… ont reçu des soutiens importants de fonds d’investissements aventureux.  

Le marché a été si animé que lors d’un récent séminaire sur ce thème, Pham Hop Phô, directeur exécutif de la société Viet Capital Asset management (VCAM), a affirmé que "c’est actuellement le meilleur moment pour injecter des fonds dans des sociétés techno-logiques vietnamiennes".

D’après lui, il y a dix ans, le marché national était quasi vierge d’investisseurs providentiels qui étaient prêts à tenter des placements aventureux dans des start-up créatives. Mais la situation a bien changé depuis…  

"Actuellement, parmi les jeunes pousses vietnamiennes, seule la Société de technologies VNG est considérée comme un +dragon+. Cependant, dans les années à venir, de nouveaux émergeront", a assuré Tom Setiawan, vice-président du Fonds d’investissement américain Warburg Pincus.

Et ce n’est donc pas un hasard si de plus en plus de fonds d’investissement  étrangers sont prêts à verser de grosses sommes dans des start-up innovantes et prometteuses. Et de nombreux grands groupes vietnamiens comme Vingroup, VinaCapital, FPT ont même décidé de créer leurs propres fonds d’investissement. 

Levées de fonds massives dans les jeunes pousses

Lors du Vietnam Venture Summit - VVS 2019, tenu récemment  à Hanoï, les jeunes pousses vietnamiennes présentes ont obtenu plus de 400 millions de dollars, soit 10.000 milliards de dôngs, en capital-risque par 18 fonds d’investissement.

Lors d'une exposition sur l'innovation, la start-up et la technologie, organisée récemment à Thua Thiên-Huê (Centre).
Photo: Tuong Vi/VNA/CVN
                                       
Quelques engagements remarquables: le Fonds d’investissement sud-coréen DT&I a décidé d’investir dans la start-up Propzy à hauteur de 1,4 million de dollars au deuxième trimestre 2019. VinaCapital signera un accord de coopération stratégique avec deux fonds sud-coréens sur l’investissement prévu de 100 millions de dollars pour des jeunes pousses vietnamiennes au cours de ces trois prochaines années.

En outre, des représentants de la Chambre de Commerce européenne (EuroCham) au Vietnam ont également partagé des informations sur un fonds de démarrage d’une valeur de 3 milliards d’euros.

Le VVS 2019 a attiré de grands noms comme Softbank Vision Fund, Sequoia, SK, Temasek, Insigne, Golden Gate Venture, Hanwha..., les principaux fonds de la Silicon Valley, du Japon, de Singapour, de la République de Corée... Sequoia, basé dans la Silicon Valley, est l’un des plus anciens fonds de capital-risque au monde (près de 50 ans). Il a investi dans des géants de la technologie tels que Google, Apple, Yahoo, Amazon, WhatsApp... Ce fonds accorde une attention particulière aux jeunes entreprises techno-logiques spécialisées dans la santé, l’énergie, les services financiers et de consommation.

Golden Gate Venture, un autre grand fonds étranger présent au VVS 2019, est spécialisé dans l’investissement dans les start-up en Asie du Sud-Est. Ce fonds a injecté des capitaux dans 30 sociétés de sept pays asiatiques, dans les secteurs de l’e-commerce, des paiements, des marchés électroniques, des applications mobiles et des plateformes de services logiciels (SaaS).

Dans son discours prononcé au VVS, le ministre du Plan et de l’Investissement, Nguyên Chi Dung, a informé que grâce aux ressources humaines abondantes et à un marché dynamique, la communauté des start-up créatives du Vietnam se développait fortement, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif.

Les start-up proposant des modèles commerciaux innovants n’ont pas eu de mal à séduire des fonds étrangers. Abivin est un exemple. Elle a remporté récemment le titre de champion de la Startup World Cup (Coupe du monde des jeunes entreprises), avec à la clé un prix d’un million de dollars.

Pour le vice-Premier ministre Vu Duc Dam, ces trois dernières années, les investissements étrangers dans les jeunes pousses vietnamiennes ont augmenté rapidement: de 49% entre 2015 et 2016, de 42% entre 2016 et 2017, et de 205% entre 2017 et 2018. Un succès dû en partie à la stabilité économique du pays et à sa forte croissance. Les entreprises et investisseurs trouvent au Vietnam de nombreuses opportunités de commerce. Mais afin de profiter au maximum de ces atouts, le Vietnam doit continuer d’améliorer son environnement d’investissement. Notamment, afin d’accélérer l’innovation et la créativité, il faut mettre l’accent sur la formation dans les sciences et technologies, un secteur qui attire toujours les fonds d’investissement. "Pour développer les sciences et technologies, il est nécessaire d’encourager les entreprises à investir davantage dans la recherche, le développement et la formation", a estimé le vice-Premier ministre Vu Duc Dam. 
 
Huong Linh/CVN