Une meilleure vie pour des minorités ethniques en situation de précarité
19/04/2012 11:44
Le projet «Maisons de coeur pour des minorités ethniques en situation de précarité» a commencé à obtenir ses premiers succès. Il a été lancé en 2008 par le Commandement des garde-frontières, en coopération avec le Front de la Patrie du Vietnam, et le journal Quân dôi nhân dân (Armée populaire).

Les garde-frontières ont construit depuis 2008 plus de 6.900 maisons de coeur pour des minorités ethniques en situation de précarité. Photo : CTV/CVN


Pour l’ethnie La Hu résidant dans le district montagneux de Muong Tè, province de Lai Châu (Nord), qui avait auparavant une vie nomade et souffrait de sous alimentation : avoir une maison «solide», de quoi se nourrir tous les jours ou pouvoir recevoir un enseignement dans une école… était du domaine du rêve. Ces rêves sont devenues une part de la réalité de ces ethnies car grâce au projet, elles peuvent vivre dans de véritables maisons, construites par des soldats.

Avant les années 60, l’ethnie Ruc, qui vit dans la commune de Thuong Hoa (district de Minh Hoa, province de Quang Binh au Centre), vivait et trouvait ses vivres journaliers dans la nature. Selon Cao Tiên Thuynh de l’ethnie Ruc, en 2010 les gardes frontières de Quang Binh ont aidé la population à cultiver près de 10 ha de riz aquatique.

Jusqu’à maintenant, 94 foyers, soit 400 personnes de l’ethnie Ruc, dans la commune de Thuong Hoa, district de Minh Hoa, sont devenus sédentaires et vivent dans trois nouveaux hameaux. Ils ont bénéficié d’aides et de consultations médicales réalisées par des soldats garde-frontières.

Contributions de toute la communauté

En effet, les gardes-frontières de l’ensemble du pays ont coopéré avec les localités pour aider les populations des ethnies minoritaires à refuser la pauvreté.

Après le lancement en septembre 2008 du projet, les garde-frontières ont construit plus de 6.900 maisons d’une valeur chacune de 30 millions de dôngs. En outre, 272 travaux d’utilité publique ont été générés dans les régions frontalières et insulaires, cela pour un montant total de 40,8 milliards de dôngs.

Truong Thanh Giang, vice-président du Comité central du Front de la Patrie du district de Giang Thành, province de Kiên Giang (Sud) fait savoir que la coopération entre le Front de la Patrie et les garde-frontières, dans la réalisation de ce programme s’est révélé efficace et qu’elle revêt une importance aussi bien économique que politique.

Le projet a obtenu des premiers succès grâce aux contributions des entreprises, des hommes de coeur, des organisations sociales, grâce notamment à la conscience et la prise de responsabilité de chaque cadre; soldat, habitant dans tout le pays.

Selon lui, les avancées de ces dernières années sont des premiers pas. Dans les temps à venir, les gardes-frontières continueront à renforcer leurs activités. Tout cela contribuera à consolider et à renforcer les relations de solidarité entre les soldats et les habitants.

Huong Linh/CVN